Pas de poursuite contre celui qui avait répondu à l’appel d’Eyal!

Le chef d’équipe au centre d’appel de la police (100) lors de l’enlèvement suivi du meurtre de trois adolescents israéliens près du Gush Etzion en juin 2014 ne sera pas licencié et sera promu, même si d’autres officiers qui n’ont pas réussi à répondre de manière efficace à un appel téléphonique d’un des adolescents enlevés ont été licenciés. Les officiers avaient rejeté l’appel comme un canular et avaient négligé de passer l’information à l’armée immédiatement, comme ils étaient censés le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *