Parfois, la France félicite Israël

Israël félicité de savoir « traiter tout ce qui est compliqué avec des mots simples » ! Voilà résumé dans une formule à l’emporte-pièce, l’esprit de l’article diffusé par le biais du site France Diplomatie.

Un article fort élogieux pour Israël… Ce qui est d’autant plus précieux que France Diplomatie est renommée pour être avare de compliments et ne faire aucune exception, surtout pas pour ce petit pays.

Si comparaison n’est pas raison, la France publie régulièrement des états comparatifs d’elle-même avec d’autres pays dans moult domaines et en particulier avec Israël sur son site « France Diplomatie (section « Politique étrangère de la France veille scientifique et technologique »).

Hypothèse de travail : La science est trop souvent difficilement accessible en raison d’un niveau beaucoup trop élevé de termes complexes employés par les spécialistes.

La question se pose donc en ces termes : les scientifiques peuvent-ils apprendre à parler de leurs travaux pour compliqués qu’ils soient en termes simples ?

 Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement

« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément ». * Voilà le défi relevé par deux équipes israéliennes, l’une du Technion, l’Institut de haute technologie d’Israël, et l’autre de l’Institut de technologie de Holon.

Ces scientifiques à la pointe des savoirs, informatiques en l’occurrence, ont mis au point un programme qui identifie de manière automatique les mots spécifiques à cette matière, les examinent et comparent leur fréquence d’emploi avec les mots courants de la vie de tous les jours trouvés dans des quotidiens d’informations destinés au grand public.

Le professeur Ayelet Baram-Tsabari et le Dr. Tzipora Rakedzon, ont ainsi comparé moult résumés vulgarisés, écrits pour un large public, à leurs résumés académiques publiés dans des revues spécifiques.

Les résultats obtenus montrent qu’en moyenne, les textes vulgarisés comprennent 10% de jargon pour 14% dans leur version scientifique. Mais lorsque l’on sait qu’au-delà de 2% de mots non-familiers, l’article devient incompréhensible du plus grand nombre, on se dit que nos chercheurs sont plutôt mal barrés ! !

Pauvres chercheurs ! Par chance, l’écart à rattraper… est juste fait pour les booster !

Et de les voir œuvrer avec une ardeur redoublée pour le bien de l’humanité :

Faire que ce même programme puisse améliorer la communication médecins/patients, deux espèces qui plus souvent qu’à leur tour, ont un mal fou à s’entendre, le médecin ne voyant que trop souvent, lui faisant face, la maladie et non le malade …

* Nicolas Boileau (1636-1711.)

Source : http://ayeletlab.net.technion.ac.il/projects/helping-scientists-communicate-with-the-public/

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *