Opinion. Netanyahou, le peuple n’aime pas ta peau de mutant. Par Ilan Saada

Ne me demandez pas pourquoi le monde est pro-palestinien, il y a tellement de raisons qu’il est difficile de dire : prenez celle-là, c’est la bonne. La foi en l’Unicité, la haine d’Israël, l’anti-judaïsme, la jalousie, le nationalisme arabe, l’hégémonie arabe sur les marchés pétroliers, le retour sur investissement des milliards de dollars donnés aux pays arabes, la peur des émeutes en Europe, le terrorisme que l’Occident veut s’épargner, le vertige de la réussite juive, la peur de comprendre ou l’envie de ne pas comprendre, le déni de la vérité, le déni de sa culture (ou de ce qu’il en reste), le rejet de l’exemple juif (famille, communauté, Terre d’Israël…), l’incompréhension face à des vertus simples (la fusion, le partage, la solidarité, la générosité…) ?

J’avoue ne pas savoir laquelle choisir. Chacune d’entre elles mérite un sérieux développement. On peut juste affirmer qu’elles sont à l’origine de la délégitimation d’Israël. Les Arabes palestiniens ont-ils contribué à un travail de sape de la construction de la société israélienne ? Même pas ! Ils n’ont été qu’un outil dont le monde s’est servi. L’Ouest a prêté une oreille complaisante à leurs jérémiades, a manifesté son indignation face au « racisme » de l’Etat juif, a montré sa solidarité avec le mouvement des « libérateurs palestiniens », mais il était déjà convaincu. En fait, il cherchait une raison pour se débarrasser de l’Etat Juif, réparer l’erreur du vote de novembre 1947 à l’ONU, les Palestiniens lui ont donné les raisons qu’il cherchait.

Cela ne veut pas dire que Mazen est un imbécile, tout cela il le sait. Mais il s’en moque, il va profiter du rejet d’Israël et des vingt mois qu’il reste à Obama pour jeter les bases d’un Etat palestinien, sans négocier, sans faire la moindre concession. Car toutes les conditions s’y prêtent. Tout d’abord l’isolement d’Israël sur le plan diplomatique, ensuite le changement volontaire et opportun de la politique d’Obama, puis le soutien récent de la ligue arabe, et enfin, la délectation de l’ONU de rompre les os à « ce petit pays merdique.»

Est-ce que toutes ces conditions mises bout à bout expliquent les choix de Netanyahou ? Oui, elles les expliquent mais ne les justifient pas. Car enfin, n’y a-t-il rien de plus flagrant que les divisions sunnites pour que le Premier ministre israélien n’y voie pas un appui ? Et il n’y a pas que ces divisions-là qui soient flagrantes : celles des chiites et des sunnites, sanglantes, celles des terroristes entre eux, super sanglantes, celles des Chrétiens et des Musulmans, qui vont le devenir dans peu de temps, celles des Républicains qui voient le pouvoir d’Obama comme une tare pour l’Amérique et ses alliés. Celles de certains démocrates qui voient en l’attitude d’Obama une trahison qui cache mal ses haines. Est-ce que Netanyahou ne discerne pas dans ces divisions, la force dont il a besoin pour arc-bouter les convictions de son peuple ?

La plus incroyable des oppositions à la politique tordue d’Obama est celle des pays arabes du Golfe, de la Jordanie et de l’Egypte, qui soutiennent Israël, et qui viennent de créer une coalition armée pour combattre l’autocratie iranienne qui s’étend du Liban eu Yémen. Mais Obama reste le décisionnaire, diront certains. D’une certaine manière, sur la forme, ils ont raison, mais sur le fond, ils ont tort. Obama partage son pouvoir avec des gens qui rêvent de le renvoyer dans son ghetto de Chicago. Et ce n’est pas rien : la majorité du Congrès exècre sa politique fondée sur ses espoirs envers les Frères musulmans (dont son propre frère dirige une faction) et envers les chiites iraniens.

Le résultat direct de ses choix est le chaos qui ébranle le Moyen-Orient et dont les pays arabes sont les victimes. Est-ce à dire que Netanyahou n’aurait pas dû avouer que sa dernière affirmation sur l’irréalisme de la solution de deux Etats était purement électorale, en en modifiant le contexte, en donnant des explications oiseuses ? Qu’il n’aurait pas dû débloquer les fonds des Palestiniens, et qu’il ne devrait pas se laisser effleurer une seule seconde par l’idée de créer un gouvernement d’Union nationale avec les Travaillistes ? Le costume d’opposant de la politique d’Obama le plus arrogant et le plus brillant de la planète démocratique lui allait si bien ! Pourquoi le changer pour une peau de caméléon que le peuple qui l’a élu n’aime pas ?

2 pensées sur “Opinion. Netanyahou, le peuple n’aime pas ta peau de mutant. Par Ilan Saada

  • Avatar
    30 mars 2015 à 18 h 00 min
    Permalink

    Bonjour!

    Ne vous laissez pas ébranler M.Netanyhaou, ces monstres qui agissent toujours avec haine et mépris envers Israël. Ils auront leurs récompenses, ils courent à leur propre perte.. Ils veulent vous faire baisser les yeux et les bras et c’est ce qui les choque de voir l’assurance que vous avez devant eux.

    David contre Goliath quoi! Soyez béni dans la foi par le Dieu d’Israël…

    D.Ruth.

    Répondre
  • Avatar
    22 juillet 2015 à 10 h 08 min
    Permalink

    Le conflit est une excuse pour les pays Europeens d’attaquer les habitants Juifs sans etre accuses d’etre d’antisemite comme si antizionism etais different d’antisemitism qui est le meme seulement les mots different.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *