Opinion. Les émeutes, la destruction et la mort feront-ils plier Israël ? Par Ilan Saada

Le statu quo est le fragile équilibre entre la volonté de vivre ensemble et celle de maintenir un semblant d’ordre pour que la vie ne soit pas trop anarchique. Celui-ci a été brisé par le Hamas depuis l’enlèvement des trois étudiants de Yeshiva et par le Fatah de Mahmoud Abbas dont les choix sont dominés par son illégitimité politique et sa haine des Juifs.

Le Hamas joue son rôle de destructeur, aucune surprise, si ce n’est que sa barbarie et la corruption de ses chefs n’ont d’égal que son incapacité chronique à imposer son leadership autrement que par la mendicité et la victimisation. La violence est plus qu’un moyen, non seulement elle justifie ses actes en devenant l’outil de son idéologie, mais en plus elle est le fondement de sa pensée, la finalité de sa culture nihiliste. Le Hamas n’est pas comme l’Etat islamique, il est l’Etat islamique en Palestine : il l’a déclaré au monde entier.

Quant au Fatah, Abbas est inspiré par un double sentiment qui domine tous ses actes : tout d’abord son illégitimité auprès de ses pairs et des monarchies du Golfe, ce qui explique son alliance avec le Hamas, et ensuite sa haine des Juifs qui l’empêche de voir un avenir quelconque pour les 3 millions d’Arabes qui vivent en Eretz Israël : ni dans un Etat indépendant, ni au sein d’une autonomie territoriale, ni dans la coexistence. Aucune solution ne serait satisfaire son appétence pour cette terre, et l’éradication d’un peuple qui freine ses ambitions.

C’est à croire que chaque dirigeant arabo-islamiste, que cela soit Ayman el-Zawahiri (Al-Qaïda), Abou Bakr al-Baghdadi (Etat islamique), Khaled Meechal (Hamas) ou Mahmoud Abbas (Fatah), n’aspire qu’à un seul objectif : devenir calife à la place du calife. Il n’y a parmi eux aucune projection d’une arabité cultuelle ou culturelle dans un monde harmonique. Leur avidité ne peut s’exprimer pleinement que dans le chaos, c’est-à-dire le vol, le brigandage, le viol, l’esclavage, le meurtre et l’anéantissement de l’être.

Nous sommes loin de la spiritualité, de la liberté et de la démocratie dans lesquelles veut vivre le peuple juif. Loin de ses aspirations. Israël grandit, devient une puissance inéluctable, ne laissant pas les scories de l’impuissance toucher ses centres vitaux. Son passé et son immunité spirituelle l’ont mis à l’abri des ténèbres. Son esprit va plus vite que sa raison et ses réalisations. Peut-être parce qu’il n’est pas seul à le dominer. C’est cela le miracle juif…

Pour en revenir à l’actualité brûlante qui a été le témoin de la mort d’un bébé de trois mois, comme la petite Shalevet Paz, Haya Halperin ne sera pas oubliée. Le mal qui  été fait à sa famille, à tous les parents et à tout Israël saisi d’effroi, est consigné dans un livre dont la lecture échappe aux malfaisants. C’est le livre de la douleur et de la lumière, inaccessible aux imbéciles. Même s’il nous a fait profondément mal, l’attentat contre la petite Haya est un acte immonde qui ne fera pas plier Israël, jamais !

Une pensée sur “Opinion. Les émeutes, la destruction et la mort feront-ils plier Israël ? Par Ilan Saada

  • Avatar
    4 novembre 2014 à 20 h 11 min
    Permalink

    Mazal tov mon frère et amis c est bon de vous lire

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *