Opinion : La collusion de deux mondes, première partie. Par Ilan Saada

Après l’événement franchement antisémite qui a eu lieu la semaine dernière, il m’est venu toute une série de réflexions concernant le devenir du peuple juif. Pour ceux qui auraient manqué l’information, je vous la relate brièvement. J.C Decaux a organisé une campagne de désinformation antijuive digne du journal « Je suis partout » qui souillait la France de la Seconde guerre mondiale et dont les bannières étaient la collaboration et l’antisémitisme.

La campagne, financée par le Secours islamique, exhibait deux affiches : la première était un visage humain représentant Gaza en ruines, et la seconde une famille israélienne heureuse et indifférente au sort des Palestiniens. Il est important de savoir que Decaux est un partenaire économique d’Israël, qu’il travaille pour la mairie de Tel-Aviv et qu’il gagne de l’argent sur le dos de gens qui sont ignorants de son visage déformé par le gain : glaner des profits chez les Juifs et leurs ennemis, après tout pourquoi pas ? L’argent puant, certains ne le sentent même plus.

Soudain envahi par la colère, sali au plus profond de moi par ce spectre de chair et de sang qui renvoie une image répugnante de l’âme humaine, j’ai voulu pousser ma pensée jusqu’au bout, sans vergogne. Dans le fond, rien n’est gratuit. Car l’Histoire n’est pas une répétition d’événements qui reviennent sur eux-mêmes parce que l’homme n’apprend rien, c’est une chaîne de faits qui sont un enchevêtrement de bassesses et de repentir. Je m’explique…

Si en 1945, des nazis étaient venus manifester à Paris contre une synagogue, tiens au hasard, celle de la Roquette, en hurlant « mort aux Juifs « et en brandissant des drapeaux à croix gammées, ils n’auraient pas tenu cinq minutes dans les rues, les Français les auraient arrêtés et emprisonnés. C’est la phase du repentir. Les mêmes nazis au visage basané, qui n’ont rien à défendre, qui sont les nouveaux destructeurs de l’espoir, défilent 70 ans après dans les mêmes rues, saisis par leurs névroses népotiques, arborant des drapeaux sur lesquels figurent des symboles tout aussi nihilistes que leurs aînés, et les Autorités, et les Français indifférents ou complaisants, les laissent hurler les mêmes slogans sans intervenir. C’est la phase de la bassesse.

Quant à vous les négationnistes, qui racontez des histoires ronflantes sur le pauvre peuple palestinien qui subit une guerre génocidaire de la part des Juifs, allez polluer d’autres esprits que les crédules qui ne vous croient plus : personne ne vous croit mais vous êtes porteurs d’une théorie qui arrange tout le monde. Les Arabes, les gauchistes, les socialistes au pouvoir, la droite qui croule sous sa servilité, les riches monarchies arabes qui ne font qu’attiser la haine, les chrétiens abrutis de culpabilité tiers-mondiste, les Juifs, ceux qui sont eux-aussi dans une phase de bassesse, les antisémites viscéraux, les clochards de la pensée, les libertaires, les abrutis de Communistes, les acculturés, les décérébrés, les zombis de la quéquette, et ceux qui ont une foi idolâtre en l’argent puant.

Quand on laisse s’insérer dans l’esprit des gens un doute sur l’intégrité du peuple juif, on joue gravement avec le feu qui va tout consumer. Quand on laisse s’étaler dans les médias les pires mensonges, par exemple que Gaza ressemble à Auschwitz, on joue avec l’image de l’horreur. Quand on cache la vérité sur la seule vraie démocratie du monde, on joue avec l’Histoire. Quand on dissimule les crimes des terroristes et de leurs supplétifs, les Palestiniens, on joue avec la justice des hommes. Et quand on veut forcer le peuple juif à quitter sa terre, on joue avec la justice de Dieu.

Hélas, l’oreille du monde est sourde à ces vérités. L’oreille du monde ne se dresse qu’au tintement du tiroir caisse. Il est comme un chien, docile avec ses maîtres, ceux qui sacrifient leur propre humanité à la haine, mais tire une langue dégoulinante de bave et de hargne envers le peuple juif. Mais il ignore encore que son maître va le sacrifier aux molosses de ses croyances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *