Opinion. Danny Dayan : comment ne pas tomber dans le piège palestinien ?

Le monde, malgré son indignation falsifiée à l’égard des victimes, sait que Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne se trouve derrière tous les attentats et les toutes les émeutes qui embrasent Jérusalem. Netanyahou l’a confirmé mercredi soir en sortant de la réunion du Cabinet sécuritaire qu’il avait initiée. Le Canada aussi…

« Tout ce que pourrait dire certains journalistes ou politiciens tentant de prouver le contraire, en devisant par exemple sur les provocations israéliennes, ne repose que sur une pensée déjà préconçue que rien ne pourra changer, » déclare Danny Dayan, le président du Conseil régional de Judée-Samarie. D’ailleurs, ce dernier a également affirmé les responsabilités d’Abbas : « Ces désordres qu’il provoque sont une échappatoire qui lui permettent de poursuivre ses ambitions diplomatiques et d’obtenir l’amorce d’un Etat indépendant ou, tout du moins une reconnaissance internationale, sans négociations et sans concessions, » poursuit-il.

« La diplomatie du mensonge par la vérité sioniste ! »

« Mais c’est un moyen tactique qui pourrait lui brûler les doigts, qui n’a aucune envergure politique, et qui méprise le fait que les Juifs se défendront et qu’ils ne manquent pas de moyens. Nous combattons sur trois fronts simultanément : la violence des Palestiniens, les assauts diplomatiques de Mahmoud Abbas, et l’isolement que nous impose la communauté internationale. Il faut que nous traitions les trois problèmes avec des moyens appropriés. La diplomatie du mensonge et de la contre-vérité historique par la vérité sioniste, l’isolement international par une approche plus sophistiqué de nos alliés naturels comme les Etats-Unis, l’Australie et le Canada, et la violence par une politique beaucoup plus ferme. »

« Une opération Romat Magen pour calmer Jérusalem. »

« Ce thème de la violence est peut-être la plus impressionnante, la plus préoccupante mais elle est la plus simple sur le terrain. Ceux qui affirment que les hommes politiques de droite doivent cesser leur provocation en montant sur le Mont de Temple, se cherchent des excuses qui justifient leur propre peur. Les Palestiniens depuis cent ans n’ont pas besoin de raisons précises pour provoquer des attentats meurtriers. La deuxième intifada, sûrement la plus meurtrière, l’a prouvé. Sharon a traité le terrorisme à la racine, en lançant l’opération Romat Magen (mur ou barrière de défense). Netanyahou doit appliquer la même méthode, sans se soucier des conséquences, mais sans provoquer de morts inutiles des deux côtés. »

« Le but d’Abbas est peut-être plus sournois que l’offensive diplomatique ou le désordre des émeutes pour renforcer son offensive. Il veut pousser Israël, pour des raisons sécuritaires, à bâtir un mur de séparation pour isoler les villages arabes de Jérusalem-Est. Ce qui serait un fait accompli : la reconnaissance par Israël d’une capitale physiquement scindée qui deviendra dans le temps une division politique. Jamais Israël ne tombera dans un piège si flagrant, même si certains y pensent, car ce serait la fin de la légitimation de notre présence et la fin de la motivation juive du retour sur sa terre. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *