Opinion. Arrêtons de croire aux diseurs de contes de fées, ils nous mentent ! Par Ilan Saada

« Quand tu es né, le monde était sombre et méchant, quand tu mourras, il le sera encore ! » Voltaire. On peut faire en sorte que la vie puisse être changée par la force des vertus, (donnée humaine inspirée par Dieu que Voltaire ignorait) ou simplement qu’elle continue, malgré les douleurs et les épreuves : c’est ce qu’on appelle le courage. Mais on peut faire en sorte de ne rien vouloir transformer ou de détourner le regard : c’est ce qu’on appelle la peur.

Il n’y a rien de plus exaspérant que la peur quand elle engendre la cécité des crédules, et le mensonge des accrocs aux dogmes. Les hommes sont devenus tellement peureux qu’ils sont prêts à croire que la vie n’est qu’une continuité temporairement décousue, qu’elle traverse une période sombre, mais que le ciel va soudainement s’éclaircir : c’est faux, le monde vit dans la confusion et la haine, et il n’est pas prêt de s’arranger. Les hommes sont devenus tellement craintifs qu’ils s’effraient de leurs mots, de leurs pensées et des fantômes de leur passé.

Une vielle juive habitant la Belgique affirme qu’il fait bon vivre à Bruxelles ou à Anvers. Fait-elle partie des crédules ou des dogmatiques ? Un Rabbin vient de se faire agresser à coups de couteau à Anvers, et un journaliste ose dire : on ne peut pas définir les raisons de l’agression ! Sur le plan journalistique, il a raison, sa profession a subi tellement d’influences du « politiquement correct » qu’il a peur d’affirmer que sa grand-mère était une femme.

Juste un peu de bon sens : c’est un Rabbin qui a été agressé, pas un pasteur, un prêtre ou un imam, un RABBIN. De plus, c’est un couteau qui l’a gravement blessé pas un rouleau à pâtisserie, et c’est au cou qu’il a été blessé (frappez-les au cou, disait le prophète Mohammed). Un peu de bon sens et le journaliste aurait pu construire son information différemment : « Acte antisémite en Belgique : un musulman attaque à l’aide d’un couteau un Rabbin dans le quartier juif d’Anvers, le blessant au cou. Après l’attentat au musée juif de Bruxelles qui a fait quatre morts, attentat perpétré par un musulman, Mehdi Nemmouche, c’est la deuxième attaque meurtrière et antisémite en Belgique cette année. » Les journaux précisent : c’est un Européen qui est l’agresseur ! Vraiment très rassurant. Comme si le monde avait oublié que les cinq prisonniers que Daesh a fait décapiter en Irak, l’ont été par un Anglais converti à l’islam.

Juste un peu de courage pour pouvoir dire les choses, non pas pour se faire plaisir ou pour de sombres histoires de racisme, de vengeance ou de haine affective mal gérée, dire les choses parce qu’elles sont le reflet de la réalité. En décrivant l’exactitude, ce n’est pas l’animosité que l’on attise, mais la vérité que l’on sert. Et la vérité, personne ne peut la changer, parce qu’elle transcende les critères de la communication, et c’est elle que les hommes mémorisent.

Autre exemple : on entend à la radio un extrait du discours d’Obama : « Daesh, ce n’est pas l’islam. Les terroristes qui le constituent sont issus de toutes les religions. » Le jour même où 16 Syriens ont été décapités. Qui veut-il convaincre ? Les musulmans modérés ? Perte de temps, ils n’y croient pas et soutiennent l’Etat islamique à 78% ! Les crédules ? Son objectif serait de courte portée ! Les dogmatiques ? Ils le sont déjà, ils se tapent la tête contre les murs en répétant : ce n’est pas l’islam, ce n’est pas l’islam, c’est hilarant ! Alors, qui va croire à ses sornettes ? Les 68% de Juifs qui ont voté pour les Démocrates aux dernières élections, les nouveaux Américains, fraîchement naturalisés, qui n’ont aucune culture politique moyen-orientale et n’aspirent qu’à toucher leurs allocations ? Oui, c’est bien sa cible et celle des élections de 2017 ! Surtout qu’il n’y ait pas de Républicain à la tête de l’Etat : cela serait un retour au colonialisme, à la culture néfaste des blancs… Beurk !

Dire les choses pour que les autres ne les disent pas à votre place en les déformant. Ne serait-ce que pour cette raison, n’est-ce pas suffisant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *