ONU :la petite vengeance d’Abbas contre Trump

 

Si les Américains boudent l’Autorité palestinienne – qu’ils considèrent comme un boulet dans le processus de paix avec Israël –  Abbas n’a pas dit son dernier mot. Il tient sa vengeance. Ce sera à la fin de ce mois à l’ONU. Objectif : présenter un front international uni, contre l’actuelle administration américaine.  

Il aura sa vengeance ! Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a invité les délégués du Proche-Orient, les ministres des Affaires étrangères et les diplomates du Conseil de sécurité à une réunion à New York la semaine prochaine. Il souhaite « discuter des perspectives de paix », a déclaré mercredi l’ambassadeur palestinien.

La réunion en marge du débat de l’Assemblée générale des Nations Unies a été initiée dans un contexte de crise avec l’administration du président Donald Trump, qui a récemment réduit les aides à Ramallah et fermé la représentation palestinienne aux Etats-Unis. Abbas rencontrera un groupe de 30 ministres et diplomates, y compris les chefs des comités de l’ONU chargés des questions palestiniennes. Rendez-vous est pris pour le 26 septembre, un jour avant son discours devant l’Assemblée générale.

L’ambassadeur palestinien Riyad Mansour n’a pas fourni de détails. Il s’est contenté de déclarer aux journalistes qu’il y avait eu un «changement radical» sous l’administration Trump au processus de paix israélo-palestinien.

La direction palestinienne a coupé le contact avec la Maison Blanche après que Trump ait décidé de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem. La situation s’est ensuite envenimée. Réduction drastique des aides américaines aux instances officielles palestiniennes et renvoi des représentants de Ramallah aux Etats-Unis.

La méthode Abbas réellement efficace ?

Mahmoud Abbas a donc choisi depuis le début, la confrontation directe avec le président américain. Une méthode qui est loin de s’avérer efficace. Mais le président à vie n’en a cure. Il sait que ses jours lui sont comptés et que sa santé fragile fait l’objet de toutes les « attentions » de ses rivaux potentiels. Il s’attache donc en priorité à l’image qu’il laissera à la postérité.

Cette nouvelle initiative à l’ONU du Raïs palestinien ne présente qu’un seul intérêt à ses yeux : démontrer à son opinion publique qu’il n’aura rien lâché face au géant américain, allié indéfectible d’Israël. Reste à savoir quels seront les pays qui répondront à son appel. Il y aura bien sur les inconditionnels pays arabes et quelques états parias non alignés comme Cuba ou la Corée du nord.

Assurément, la grande inconnue sera de pointer les pays occidentaux présents à cette réunion « anti Trump ». Une rencontre qui n’aura certes, aucune portée sur le terrain. Mais certains ne résisteront pas à la douce tentation d’agacer Donald Trump, tout en feignant de s’intéresser au sacro-saint processus de paix israélo-palestinien…

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

2 pensées sur “ONU :la petite vengeance d’Abbas contre Trump

  • Avatar
    22 septembre 2018 à 16 h 51 min
    Permalink

    Une réunion de guignols …. bonne chance !!!

    Répondre
    • Avatar
      23 septembre 2018 à 23 h 55 min
      Permalink

      ET après tout cela vous croyez en dieu, mais d’où venez-vous ? de quelle planète ?.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *