On m’arrache mon sac à Jérusalem, la suite est incroyable

Bonjour Coolamnews, voici mon histoire. Il y a quelques heures, quelqu’un m’a arraché mon sac alors que je marchais dans la rue Ben Yehouda à Jérusalem. Je n’ai même pas eu le temps de voir la tête du voleur.  

S’il ne s’agissait que d’argent, j’aurai accusé le coup puis serait passée à autre chose, mais mon sac contient beaucoup d’autres choses. Il y avait à l’intérieur de nombreux objets qui ont énormément de valeur pour moi.

Pendant que je déprimais dans un coin, un jeune homme qui a assisté à la scène s’est approché de moi, il m’a donné de l’eau et m’a promis qu’il retrouverait mon sac. Je l’ai vu entrer puis sortir dans tous les magasins de la rue. Je ne comprenais pas au début ce qu’il cherchait. En fait, il a collecté tous les enregistrements des caméras de surveillances disponibles au moment des faits. Puis il m’a accompagné au poste de police. Il a patienté plus d’une heure (dans une chaleur étouffante) devant le poste et s’est proposé de garder ma chienne alors que je déposais une plainte.

Il m’a ensuite acheté un chargeur pour mon téléphone portable qui était déchargé, puis s’est lui-même chargé de déclarer le vol de ma carte de crédit à la compagnie. Nous avons cherché ensuite mon sac un peu partout dans les rues avoisinantes. Il contenait les cartes mémoires de milliers de photos que j’avais prises ces dernières années. Tous mes souvenirs s’étaient envolés. Au bout d’une heure et demie, fourbue et épuisée, j’ai renoncé et suis rentrée chez moi.

Trois heures plus tard… mon sac

Ce que je ne savais pas, c’est que ce jeune homme, Yehouda (comme le nom de la rue), allait poursuivre les recherches sans moi. Au bout de trois heures, je reçois un coup de fil de Yéhouda. Il avait fini par retrouver mon sac, abandonné par le voleur dans une poubelle.  J’avoue avoir pensé un instant que mon ange-gardien avait une idée derrière la tête à mon égard. Nous nous fixons rendez-vous aussitôt. Tout était dans le sac…sauf l’argent. J’étais heureuse et soulagée.

Quant à Yéhouda, il a refusé en bloc toute récompense de ma part. Il m’a simplement souhaité une bonne soirée, signifié qu’il était content pour moi, puis a tourné les talons. J’ai juste eu le temps de prendre une photo. J’attends à présent les résultats de l’enquête de police.

Je ne savais pas qu’il existait des anges comme lui dans la nature.

Nina

Vous aussi, faites-nous parvenir vos belles histoires sur [email protected]

Nathalie Sivan

Nathalie Sivan

Chroniqueuse invétérée de Coolamnews, Nathalie est une passionnée de la société israélienne, de ses particularismes, ses richesses humaines mais aussi de ses incohérences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *