Obama s’est engagé dans une guerre qu’il ne voulait pas

Le président américain Barack Obama serait prêt à autorisé des frappes aériennes en Syrie contre des positions de l’Etat islamique, rapportent plusieurs quotidiens américains mercredi matin. Toujours selon la presse américaine, une majorité de dirigeants lui aurait déjà donné leur aval. « Quand Obama a menacé la Syrie de riposte l’an dernier, après que les forces du président Assad ont utilisé des armes chimiques, l’opposition implacable du Congrès a forcé le président américain à renoncer à son plan (…) mais aujourd’hui la menace islamiste a changé notre façon de voir », explique le New York Times. Obama présentera mercredi soir, lors d’une allocution solennelle depuis la Maison Blanche, la stratégie des États-Unis pour « affaiblir et, à terme, détruire l’Etat islamique ». « Je veux que les Américains comprennent la nature de la menace (…) et qu’ils soient confiants dans le fait que nous serons capables d’y faire face », a-t-il expliqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *