Obama entretenait des rapports secrets avec Ali Khamenei

Le Wall Street Journal révèle que le Chef de la Maison blanche a envoyé une lettre secrète au guide suprême de la révolution, Ali Khamenei. Elle est datée du 15 octobre 2014 et contient des demandes spécifiques concernant le nucléaire iranien et l’Etat islamique, une sorte d’échange de bons procédés qui assurait à Obama l’application de sa politique et une victoire diplomatique.

La lettre de Barack Obama détaille les intérêts mutuels qui lient les deux pays. Les personnes détenant l’information, sur laquelle se base l’article, affirment que le président des Etats-Unis exhortait Khamenei à atteindre à un accord sur son programme nucléaire avant le terme du 24 novembre, en échange, l’Amérique aidait l’Iran à se débarrasser de l’Etat Islamique. Le porte-parole de la Maison blanche, Josh Earnest, répondant à l’article, a déclaré que la politique des Etats-Unis sur l’Iran n’avait pas changé.

La lettre donne certaines précisions, non militaires et postérieures, sur les frappes des forces américaines sur l’Etat islamique en Syrie et en Irak. Josh Earnest a déclaré à la presse qu’il ne pouvait commenter la correspondance entre le président de l’Etat et un chef de file mondial. Ce qui semble étrange au quotidien, c’est que cette information tombe au lendemain de la défaite des Démocrates au Sénat et seulement trois semaines avant le 24 novembre.

« L’Iran est la clé de la politique moyen-orientale d’Obama. »

Selon le Wall Street Journal, la lettre semble avoir un double objectif : renforcer la campagne internationale menée par les USA contre l’Etat islamique et pousser Khamenei à parvenir à un accord sur le nucléaire iranien avec l’Occident. Les sources qui ont fourni l’information au journal confirment qu’Obama insiste dans la lettre sur le fait que la lutte contre l’Etat islamique est subordonnée à un accord que les 5+1 obtiendraient avec l’Iran avant le 24 novembre. C’est la quatrième fois que le président américain écrit au dirigeant iranien, montrant, dit le quotidien, que l’Iran représente pour lui la clé de la réalisation de sa politique moyen-orientale.

Les Républicains ont très souvent reproché à Obama d’affaiblir l’hégémonie américaine au Moyen-Orient en refusant d’agir avec plus de force lors de crises sérieuses. Barack Obama repoussait ces critiques, arguant qu’ils (les Républicains) faisaient la promotion de l’action militaire téméraire. Ces derniers, qui ont pris la tête de Sénat et vont mieux contrôler les concessions qu’Obama fait aux Iraniens, seront dorénavant en mesure de faire pression sur l’Iran de façon à durcir la position des Etats-Unis dans les négociations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *