N’y a-t-il qu’avec Israël que l’Administration Obama ne tempère pas?

La Maison Blanche a tenté d’apaiser lundi les tensions avec Bagdad, après les critiques portées par le secrétaire à la Défense sur l’armée irakienne, accusée d’un « manque de volonté » face aux jihadistes de l’État islamique (EI). Alors que l’EI s’est emparé le 17 mai de la ville clé de Ramadi, le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter avait regretté dimanche sur CNN que l’armée irakienne n’ait « pas montré de volonté de se battre ». « Je suis surpris par ce qu’il a dit (…) Je suis sûr qu’il a reçu des informations inexactes », avait rapidement réagi le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi sur la BBC. Face à cette polémique, le vice-président américain Joe Biden a téléphoné lundi à M. Abadi pour rendre hommage à l’armée irakienne, reconnaissant « le courage et l’énorme sacrifice de (ses) soldats » face au groupe jihadiste, selon la Maison Blanche. Il a aussi réaffirmé « le soutien des États-Unis au combat du gouvernement irakien contre » l’EI. La chute de Ramadi, chef-lieu de la province d’al-Anbar situé à une centaine de kilomètres à l’ouest de Bagdad, a soulevé des questions sur la stratégie non seulement du gouvernement Abadi mais aussi de son allié américain. Dans la région, le seul pays avec lequel l’administration Obama ne semble prendre aucun gant reste donc apparemment Israël…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *