Le nouveau n°2 du bureau politique du Hamas montre les dents?

Lors d’une réunion de son conseil consultatif, le Hamas a annoncé la nomination de Saleh al-‘Arouri au poste de vice-président du bureau politique de l’organisation terroriste.

Saleh al-‘Arouri remplace Moussa Abu Marzouq, qui, selon le règlement de l’organisation, ne pouvait pas servir deux mandats consécutifs. [3]En tant que vice-président, Saleh al-‘Arouri a dirigé la délégation du Hamas au sujet de l’accord de réconciliation.

Saleh al-‘Arouri est né en 1966 et vient du village d’Aroura (région de Ramallah). Il a cofondé la branche armée du Hamas en Judée-Samarie dans les années 1990. Il a été arrêté par Israël en 1992 et condamné à cinq ans de prison pour appartenance à une organisation terroriste. Depuis, il a purgé diverses peines. Il a été libéré de prison le 30 mars 2010, et expulsé d’Israël.  Al-‘Arouri s’est d’abord rendu en Jordanie et de là en Syrie.

Il agit depuis la Syrie puis la Turquie

En Syrie, Saleh al-‘Arouri a dirigé des activités terroristes en plus de ses autres activités. A son arrivée, il a été élu au bureau politique du Hamas, et a été chargé du portefeuille des prisonniers. En conséquence, il a participé aux négociations pour l’échange de Gilad Shalit. Lorsque le Hamas a quitté son siège à Damas après l’éclatement de la guerre civile en Syrie, al-‘Arouri s’est rendu en Turquie et s’est installé à Istanbul, où il a établi un bureau politique du Hamas.

À partir de la Turquie, il a continué ses activités pour recueillir des fonds et renforcer les réseaux militaires du Hamas en Judée-Samarie. Après son arrivée en Turquie, le bureau politique du Hamas est devenu plus significatif et il a été élu représentant du Hamas en Turquie. En réalité, le « bureau » était notamment chargé de l’organisation et de la manipulation d’escadrons de terroristes en Judée-Samarie et à Jérusalem. En Août 2015, lorsqu’Israël et la Turquie ont été sur le point de renouveler leurs relations diplomatiques, il a quitté la Turquie et s’est installé au Liban, où il exerce actuellement ses activités.

Pas intéressé par un processus politique avec Israël

Interviewé après la dernière série de pourparlers au Caire, Saleh al-‘Arouri a déclaré que le Hamas n’est pas intéressé par un processus politique avec Israël, et se considère principalement comme une organisation de « résistance » (« jusqu’à ce que l’occupation quitte nos terres »). Il a ainsi affirmé : « Nous n’avons pas de relations politiques avec l’ennemi, seule la résistance. » Al-‘Arouri a également noté que l’accord de réconciliation comprend l’option de décider de la guerre et de la paix. Et d’ affirmer qu’il était hors de question que quiconque puisse surprendre le Hamas en signant un accord politique et que la décision d’une confrontation avec Israël devait aussi être « une décision nationale palestinienne. »

Il a ajouté qu’il devait y avoir un accord sur « toutes les formes » au sujet de la confrontation avec Israël. A la question de savoir si le Hamas et le Fatah visent à parvenir à une stratégie nationale au sujet de de l’intégration des activités politiques et de la résistance, il a dit que le Hamas espère atteindre une « stratégie nationale » pour faire face à « l’entreprise sioniste. » Il a ajouté qu’il ne sera pas difficile de trouver une formule pouvant unir toutes les parties

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *