« Nous pouvons commencer à reconstruire le troisième Temple »

Deux mille ans d’exil physique n’ont pu libérer les Juifs de leur attachement à ce concentré de divinité qu’est le Temple[1]. Ils ont toujours conçu pour lui de la nostalgie et vécu sa destruction comme une perte, une absence, un besoin. « Parfois la réponse appropriée à la réalité est de devenir fou. » Cette phrase de Philip K. Dick ne permet pas de cerner la personnalité de celui dont je vais parler. Yehouda Etzion s’appuie sur les prophéties des textes du Judaïsme. Il n’a rien d’un illuminé, même si son parcours peut affirmer le contraire. Yaacov BEN DENOUN pour Israël Magazine

Reconstruire le troisième Temple ? Yehouda Etzion יהודה עציון est un éducateur, un auteur et éditeur de livres, toujours engagé dans l’action, officielle ou clandestine. Né dans le kibboutz Ein Zourim (au sud d’Israël, près de Kyriat Malachie) en 1951, et est le fils d’Abraham (membre du Lehi[2]) et de Yafa Mintz. Il a grandi à Herzlya, Pardes Hanna et dans le Goush Etzion. Il a étudié au Bnei Akiva du village d’Haroé et ensuite dans la  Yeshivat Esder  Har Etzion, avant de servir dans Tsahal au sein du génie (Kheil handassa). Puis, il a participé à la création du Goush Emunim[3] (noyau d’Elon Moreh), et est l’un des fondateurs d’Ofrah.

Un passé mouvementé

Yéhouda Etsion est un militant de la première heure. C’est un homme résolu, n’hésitant pas à utiliser la violence, en sa jeunesse, pour faire avancer ses idées. Membre de la Ma’hteret, un réseau clandestin, il avait planifié de faire sauter le Dôme du Rocher (la mosquée d’Omar) sur le Mont du Temple, et a été jugé coupable en 1984 de complot, de détention d’armes, et d’activisme, ce qui lui vaudra d’être incarcéré 7 ans (il ne purgera que le tiers de sa peine et sera libéré pour bonne conduite). Mais il a toujours fait preuve du désir ardent de prier sur le Mont du Temple, réclamant pour les Juifs la  liberté de culte en ce lieu sacré du Judaïsme. Il a ainsi créé pour ce faire l’association « Haï Vékayam ».

Profitant des faiblesses de la règlementation, il a gagné un procès qu’il a déposé contre le Wakf[4] condamné à lui verser $ 5,000 et une indemnisation, afin de l’empêcher de démonter les portes du Mont du Temple. Ce père de sept enfants n’a jamais perdu ses convictions, et n’a pas hésité à affronter l’armée lors de l’exécution extrêmement violente de l’avis d’expulsion d’Amona, en 2006. Il a été blessé à la tête et a subi de nombreux traumatismes corporels. Par ailleurs, Yehouda Etzion a écrit et édité et publié plusieurs livres[5].

« Nous pouvons commencer à construire le Temple »

Avec l’aide d’ingénieurs et d’architectes, Yehouda Etsion a entamé les préliminaires de la construction pratique du Temple, même s’il n’est pas encore en place[6].

Bien que ses préparatifs soient auréolés de mystère, Etsion s’est engagé dans le processus de construction du troisième Temple, avec vigueur et responsabilité. Ainsi, il acte toutes ses décisions, prévoyant les conditions pratiques de la construction et du fonctionnement du Temple. Ainsi, il veut anticiper, organiser, définir avec méticulosité, rigueur scientifique et sa connaissance des textes. Dans ce cadre il devient évident que le peuple d’Israël doit jouer un rôle clairement défini pour combler ces attentes à partir d’une base solide, d’un concept éprouvé et de plans fiables mettant en perspectives toutes les réalités concrètes du terrain, de l’irrigation, des voies d’accès, des modes de transport des biens et des personnes, des circuits de rejet, des zones d’habitation, des hôtels, des aires de stationnement…

Le roi David en exemple

Yéhouda Etsion a envisagé la résidence de millions de Juifs qui se rendront, à pied à Jérusalem pour les fêtes de pèlerinage (Chavouot, Souccot et Pessah), et seront logés « dans d’immenses centres d’accueil et chez les habitants de la ville sainte. » Pour ce faire, il a examiné les moyens pratiques, de déplacement, de livraison, de régulation du trafic, en utilisant les procédés technologiques les plus pointus. Considérant que Jérusalem est constituée de tous les lieux d’où l’on peut voir le Beth Hamikdach, il a prévu de surélever le Temple. Il cherche à relever le défi de loger durant un temps court, toutes les personnes dans des structures temporaires, préfabriquées mais construites en dur. 

«Notre Maître en la matière est David», dit Etsion qui explique que les prescriptions du roi David, aujourd’hui, sont utiles pour définir des objectifs, prendre en compte les difficultés déjà rencontrées et utiliser les plans et les solutions mises en œuvre, qui permettaient de gérer le travail sacerdotal, les enterrements, le fonctionnement quotidien du Temple, la mise en place des sacrifices, de l’allumage des chandeliers, de l’entretien du feu et des braises…

Jérusalem est constituée de tous les lieux d’où l’on peut voir le Beth Hamikdach

Les préparatifs

Et Yéhouda Etsion d’ajouter : « La loi juive indique par exemple de ne pas tailler les pierres du Temple sur place. Rien ne nous empêche alors de créer un site. Et je suggère que ce soit à Shilo (en Samarie). Parce que le Tabernacle y résidait avant de se déplacer à Jérusalem, où nous allons préparer les blocs du temple, les linteaux, les seuils de fenêtre, les traverses…Ce site sera capable d’éveiller le désir des visiteurs, de donner un fondement réel à ces conceptions virtuelles… » Le nombre des partenaires du projet va chaque jour en augmentant. Sont adhérents des rabbins, des étudiants, des membres de différentes professions. Nous organisons de nombreuses activités, des conférences et tentons de rallier à notre entreprise de plus en plus de personnes. Le temps n’est plus aux sermons mais à l’action. « 

Un ancien combattant du Lehi, comme le père de Yéhouda Etsion, a initié la  planification de la ville de Jérusalem peu après la reconquête de la vieille ville en 1967. Shabtaï Ben Dov était imprégné de culture biblique. Il a commencé à dessiner la ville telle qu’elle devrait être aux temps futurs, avec le Temple en son milieu. Yéhouda Etsion est un élève de Shabtaï Ben Dov. Aussi, après avoir publié l’œuvre de Ben Dov, il a mis ses idées en pratique en réunissant autour de lui des spécialistes, organisée autour du Rav Itshak Lévi d’Alon Shvout, l’ancien dirigeant de l’Agence juive Shlomo Neeman et d’autres.

Ne rien provoquer

« Je me suis joint à ce projet, explique le Rav Dan Beeri[7], en raison de l’importance du concept littéraire-philosophique qui a pour nom utopie. Et puis les utopies ont toujours rempli un rôle essentiel pour promouvoir les idées nouvelles, et certaines font partie du patrimoine de l’humanité… « [8]

Derrière ce projet qui peut paraitre ambitieux, voire chimérique, se dissimule un jeune septuagénaire souriant, malicieux, habité par des travées, des dessertes, des ponts, des routes, des canaux, et soucieux de mener à bien la mission qu’il s’est imposée. Il partage son temps entre ses dessins, le traçage de ses plans et la recherche de financements en sollicitant des donateurs, des fondations ou des particuliers passionnés par cette aventure, qu’il veut entrainer dans son sillage.

En attendant, il dirige des groupes qui montent sur le Mont du Temple, pour idéaliser un rêve millénaire et le voir fleurir devant ses yeux. La tentative d’assassinat de Yehouda Glik, rabbin et lui aussi militant acharné de la construction du Troisième Temple (dont il préside l’institut), montre combien cette question reste d’actualité. Les préjugés arabes sont grands, et les craintes, infondées (parce que non conformes à la réalité), de voir le statu quo délaissé, sont à l’origine d’une vague de révolte inédite, de dégradations et d’attaques souvent mortelles à la voiture bélier ou au couteau.

Mais Etsion ne renonce pas. Il ne veut rien provoquer et attend enfin la période messianique et l’avènement d’un nouveau temps. La sagesse posée sur ses cheveux adoucit ses propos. Yéhouda veut être prêt le jour venu, témoigner de son action et dire: « nous avons fait ce que nous devions faire« . En outre, il se renforce dans la conviction d’une juste entreprise n’ayant pour seul but que celui de donner corps aux prophéties.

Les prophéties sur le troisième Temple

 » Il arrivera, à la fin des temps, que la montagne de la maison du Seigneur sera affermie sur la cime des montagnes et se dressera au-dessus des collines, et toutes les nations y afflueront. Et nombre de peuples iront en disant: « Or çà, gravissons la montagne de l’Eternel pour gagner la maison du Dieu de Yaacov, afin qu’il nous enseigne ses voies et que nous puissions suivre ses sentiers, car c’est de Sion que sort la doctrine et de Jérusalem la parole du Seigneur. » Il sera un arbitre entre les nations et le précepteur de peuples nombreux; ceux-ci alors de leurs glaives forgeront des socs de charrue et de leurs lances des serpettes; un peuple ne tirera plus l’épée contre un autre peuple, et on n’apprendra plus l’art des combats.« 

 Isaïe ch 2 verset 3 à 5

SOURCE: ISRAEL MAGAZINE

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement


[1] En hébreu Beth Hamikdach

[2] Groupe armé radical créé en septembre 1940, qui se fixait pour but l’éviction par la force du Mandat britannique sur la Palestine afin de permettre une immigration sans restriction des Juifs en Palestine et la formation d’un État juif sur toute la Palestine et l’actuelle Jordanie..

[3] Mouvement politique et messianique israélien créé afin d’établir des colonies juives en Judée-Samarie)

[4] Moshé Dayan, après la guerre des Six jours a rétrocédé au Wakf qui dépend de la Jordanie, la juridiction les lieux saints musulmans sur le Mont du Temple (appelé par les arabes Esplanade des mosquées).  La loi islamique interdit aux Juifs et aux Chrétiens de pénétrer sur cette esplanade pour des motifs religieux

[5] Hiro, Dilip (1999). Partage de la Terre Promise: A Tale of Israéliens et Palestiniens. Médad, Yisrael.

 Inbari, Motti. Le fondamentalisme juif et le Mont du Temple: Qui va construire le Troisième Temple ?

[6] Le 1er Temple de Jérusalem a été construit par Salomon sur le mont Moriah, site choisi par David (II Sam., xxiv ; I Chron., xxi), que la tradition identifie avec l’endroit où Abraham allait immoler Isaac. Après la destruction du Temple par Nabuchodonosor en – 586, la reconstruction est achevée sous le règne de Darius en – 520. La seconde reconstruction, sous Hérode le Grand, est connue des récits contemporains ou postérieurs, de Flavius Josèphe (La Guerre juive, v, 184-226) et du traité Middot de la Mishna.

[7] Educateur, qui a fait partie comme Yéhouda Etsion de la Ma’hteret, le réseau juif clandestin.

[8]Arnon Segal, Makor Rishon 4/9/2013, © Pierre Itshak Lurçat pour la traduction française

Andre Darmon

Andre Darmon, romancier, est le rédacteur en chef d'Israël Magazine. Israël Magazine 25 ans déjà de présence dans le paysage médiatique franco-israélien. Andre une voix journalistique à part, originale, sioniste, juive mais aussi professionnelle.

Une pensée sur “« Nous pouvons commencer à reconstruire le troisième Temple »

  • 18 août 2022 à 1 h 59 min
    Permalink

    Vous écrivez: “ sur toute la Palestine et l’actuelle Jordanie”.
    En fait, il aurait fallu écrire, vu le mandât britannique,
    “ sur toute la Palestine, l’actuelle Jordanie en faisant partie” !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.