Norvège: Le volte-face de la ministre sur la circoncision

Tout et son contraire sur la circoncision. En début de semaine, lors d’une réunion à Oslo, avec des dirigeants juifs européens, notamment le rav Menachem Margolin, Siv Jensen, ministre norvégienne des Finances, également présidente du Parti progressiste, a garanti que l’interdiction de la circoncision en Norvège n’est pas inscrit sur son agenda, ni professionnel, ni personnel.

La ministre avait pourtant voté une motion sur le sujet. Il semble qu’elle ne soit plus très en phase avec les opposants à la circoncision.

« Le projet de loi relatif n’est pas non plus à l’ordre du jour du gouvernement ou du Parti progressiste. En Norvège, nous sommes opposés à toute forme d’antisémitisme. Nous assurons toujours la protection de notre communauté juive avec qui nous entretenons d’excellentes relations » a-t-elle précisé.

Un jour oui, un jour non

Et pourtant, le 6 juin dernier, durant la convention annuelle de son parti, elle a bel et bien voté en faveur de la motion interdisant les circoncisions. Un préalable à un projet de loi qui vise à condamner cet acte concernant les garçons de moins de 16 ans. La motion fait ainsi valoir, qu’en-dessous de cet âge, il s’agirait d’une violation grave de l’enfant, considéré comme mentalement et émotionnellement vulnérable.

Malgré cela, à l’issue de la réunion avec Siv Jensen, le rav Menachem Margolin, se veut optimiste. Président de l’Association juive européenne, en-tête de la lutte contre le projet de loi, il a salué « les paroles chaleureuses de la ministre ainsi que sa position sans équivoque sur cette question », ajoutant « Nous devons veiller à ce que cet engagement nous serve à aligner d’autres partis à travers l’Europe sur cette même ligne positive envers le judaïsme. » De quoi laisser pantois, non ?

Katja Epelbaum

Katja Epelbaum

Diplômée de la Sorbonne en Science politique et en Histoire, j'ai toujours su que je m’épanouirais professionnellement dans l’écriture. Depuis l'Alya, Katja collabore avec le journal Hamodia et Le Mag, et poursuit différents projets d’écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *