Nicolas Sarkozy critique le gouvernement Valls concernant Israël

Alors que sa Présidence n’a pas été particulièrement favorable à Israël, Nicolas Sarkozy s’est efforcé de se présenter en ami de l’Etat juif lors de sa visite d’une journée au Proche-Orient. L’ancien président français a ainsi jugé « dangereux » lundi le projet du gouvernement français de passer par une résolution à l’Onu pour tenter de relancer l’effort de paix au Proche-Orient après avoir rencontré responsables israéliens et palestiniens. En visite d’une journée en Israël et en Judée Samarie, il a été reçu par le président israélien Reuven Rivlin et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, farouchement opposé à ce que le Conseil de sécurité intervienne dans le conflit israélo-palestinien et soutient que celui-ci doit être résolu par des discussions bilatérales. Alors que le processus de paix est au point mort depuis un nouvel échec il y a plus d’un an de négociations sous l’égide des Américains, M. Sarkozy, à la tête de l’opposition de droite, a qualifié le projet du gouvernement « d’erreur » car « la paix ici viendra d’abord des Israéliens et des Palestiniens eux-mêmes », assurant qu’il « reste attaché à l’idée de deux Etats nations vivant en paix côte à côte ». « Je verrai quand elle sera présentée », a déclaré M. Sarkozy à la presse en parlant d’une possible résolution française au Conseil de sécurité de l’Onu. « Mais (cela) me semble toujours curieux lorsqu’on prend des initiatives sans demander le soutien, l’avis des gens qui sont concernés; ça me paraît dangereux parce que, qui peut imaginer qu’on pourra contraindre Israéliens et Palestiniens à faire la paix sans eux; c’est eux qui doivent faire la paix ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *