Netanyahu : les Iraniens voudront chasser les Russes de Syrie©

Pourquoi Poutine envoie un haut-responsable anonyme rassurer Israël, après rappel des « lignes rouges »?

A la suite de frappes supposées sur un centre de production d’armes chimiques, le 7 septembre, un distingué « responsable anonyme » moscovite fait comprendre à Israël que Moscou a intimé au Régime Assad et au Hezbollah de s’abstenir de toute réaction et de se « concentrer sur le tableau global ».

Si on reprend le fil des informations provenant du Kremlin, rappelons-nous que l’organe de presse très proche de Poutine, pour ne pas dire qu’il mange dans sa main, à savoir « la Pravda » (voix traditionnelle de son maître le KGB, autrefois, puis FSB), avait, à l’issue des rencontres de Sochi entre Netanyahu, Cohen et Poutine, décrit un Premier Ministre israélien « livide », se tordant les mains, plombé par la « panique », à l’article de la syncope. Heureusement que Yossi Cohen lui servait de canne pour aveugle, sans quoi, où tout cela aurait-il fini?. Netanyahu devait alors comprendre le message implicite entre les dents serrées de Poutine ne lui décochant pas un mot d’empathie pour le « rassurer » (donc), que jusqu’à preuve du contraire, l’allié de la Russie contre le « terrorisme » (sunnite uniquement), c’est Téhéran.

Mais, maintenant que l’aviation israélienne (Heyl Ha’avir) a marqué au sol les fameuses « lignes rouges » qu’établissait Netanyahu sur le papier, en tapant du poing sur la table à Sochi, mais visiblement de façon insuffisamment expressive, alors on sort (sans le tirer de son anonymat) le fameux bon conseiller russe qui recadre le tableau d’ensemble :  aucune panique dans le comportement des interlocuteurs israéliens, au contraire, un ton extrêmement persuasif et un rappel clair des deux côtés, des intérêts communs, de l’alliance civilisationnelle russo-israélienne, face à la démarche stratégique iranienne qui est, tout autant anti-israélienne, dans ses principes de départ, que finalement anti-russe, si on lit bien le fil rouge idéologico-expansionniste chiite jusqu’au bout :

L’Iran, tout en attaquant Israël, finira par vouloir se débarrasser de la tutelle russe et deviendra dangereux pour l’ensemble des puissances issues du monde judéo-chrétien (pour aller vite et ranger la Russie dans l’Occident européen). C’est pourquoi Poutine n’aurait pas la stupidité, d’entrée de jeu, de fonder une alliance autre que de circonstance, pour sauver Assad, avec l’Iran et ses supplétifs.

 

Lire la suite sur JForum