Netanyahou veut encourager les candidats français à l’Alya

Le Premier ministre Binyamin Netanyahou et la ministre de l’Intégration Sofa Landver ont tenu hier une conférence de presse pour les journalistes français présents en Israël à l’initiative du député des Français de l’Etranger Meyer Habib. 

Dans la matinée ils avaient soumis à l’approbation du gouvernement  les mesures de facilitation de l’accès au marché du travail pour les nouveaux immigrants. Parmi les actions proposées, la mise en place de facilités concernant la reconnaissance des diplômes para-médicaux, le développement de formations professionnelles concernant les postes de la fonction publique et la mise en place d’un site internet pour permettre aux nouveaux immigrants de suivre le processus d’acceptation de leur diplôme étranger et l’obtention des licences concernant l’exercice des professions réglementées. Le Conseil des ministres a approuvé le plan qui a été mis au point ces derniers mois par une commission interministérielle.

« Israël est un foyer juif, l’Etat-nation du peuple juif », a déclaré Netanyahou avant de poursuivre, « Nous voulons que les Juifs viennent en masse, lorsque vous observez ce qui se passe dans le monde, il est aisé de comprendre qu’il n’existe qu’un seul foyer national ».

Puis, dans un appel au Juifs de France, le Premier ministre a lancé : « Vous n’êtes pas seulement nos frères et nos sœurs, vous êtes la chair de notre chair. Nous allons dérouler le tapis rouge pour vous accueillir, rejoignez-nous afin de bâtir notre pays, pour assurer l’avenir de notre peuple ici, en Eretz Israël ».

Un  journaliste a fait remarquer que dans ce cas, pourquoi, ne pas faciliter plus concrètement l’intégration professionnelle des nouveaux émigrants exerçants des professions libérales, comme les dentistes qui doivent se soumettre à un véritable parcours du combattant avant de pouvoir exercer en Israël. Netanyahou a rétorqué que la consigne a été donné à tous les ministères concernés, de faciliter et réduire les démarches administratives avant le 1er janvier 2015, afin de proposer le plus large éventail possible de professions et d’équivalence de diplômes aux olim de France.  « Ces derniers doivent être en mesure de subvenir à leur besoin, en fonction de leurs talents professionnels, de leurs diplômes et de leur expérience », a conclu le Premier ministre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *