Netanyahou : tout accord nucléaire signé avec l’Iran serait imprudent

Le Premier ministre israélien affirme que le silence de l’Iran sur son passé nucléaire jette une ombre lourde de conséquences sur l’avenir de la région et du monde. Les informations qui proviennent de la Maison Blanche confirment toutefois cet accord : « Si un accord est signé entre Washington et Téhéran, ce sera la plus grande chose réalisée par Obama ! »

Le chef de l’AIEA (agence à l’énergie atomique de l’ONU), Yukiya Amano a déclaré : « Nous ne pouvons garantir que les documents que nous avons en notre possession sur le nucléaire iranien nous garantissent que l’Iran poursuit un programme nucléaire pacifique. Ce qui est nécessaire, ce sont les actes. » Les responsables israéliens sont très préoccupés par les déclarations d’Amano. Youval Steinitz, ministre de la Stratégie, pense que le silence de l’Iran est le premier viol d’un futur accord : « Si les Iraniens n’avaient rien à cacher, ils laisseraient l’AIEA mener son enquête, Amano serait plus optimiste et nous serions plus tranquille, » a affirmé le ministre.

« Ecarter le Congrès est notre premier objectif ! »

Dans un enregistrement audio obtenu grâce au site « Washington Beacon », on entend clairement le Conseiller adjoint à la Sécurité nationale, Ben Rhodes, dire à un groupe de Démocrates : « Obama attache autant d’importance à un accord signé avec l’Iran que pour la loi sur la santé, » ajoutant pour ceux qui n’auraient pas compris le message : « L’administration d’Obama a tout fait pour éviter le contrôle du Congrès sur cet accord, et continuera à agir dans ce sens. »

Lorsqu’on a demandé au Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, John Kerry de s’exprimer sur la possibilité d’un accord d’ici le 24 novembre, date limite, il a répondu à la presse : « Honnêtement, je ne peux pas vous donner de réponses. J’ai de bons espoirs mais les négociations sont difficiles, il y a encore de nombreuses lacunes sur beaucoup de sujets. » La semaine dernière, le principal négociateur pour les Etats-Unis, Wendy Sherman, a affirmé aux journalistes : « L’Iran sera considéré comme responsable si d’ici la date butoir nous ne parvenons pas à un accord ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *