Netanyahou : les dirigeants de la coalition veulent de nouvelles élections, pas de problèmes !

Entre Avigdor Lieberman, qui refuse la loi Lapid sur la TVA à 0% pour l’achat d’appartements pour les jeunes couples, Tzipi Livni, qui refuse tout débat sur la loi fondamentale de l’Etat-nation à caractère juif, et Naftali Bennett, qui est prêt à quitter la coalition à cause de ce refus du ministre de la Justice, Netanyahou, pris dans une tourmente politique où la coalition peut se briser à tout moment, réfléchit à l’éventualité de provoquer de nouvelles élections.

livni

Le ministre des Affaires étrangères et président d’Israël Béténou, Avigdor Lieberman, menace de quitter la coalition si la loi Lapid est discutée à la Knesset. Le ministre du Trésor et président de Yesh Atid, Yaïr Lapid, menace de quitter la coalition, si sa loi du budget 2015, telle qu’il l’a concoctée, est remaniée par le gouvernement à la demande de Lieberman. La ministre de la Justice, Tzipi Livni, veut quitter la coalition si la Loi fondamentale sur l’Etat juif est imposée par le Premier ministre et les membres très à droite du Likoud. La coalition bat de l’aile, ce qui a provoqué la réaction de Benyamin Netanyahou.

lapid

Shelli Yahimovitz (Travailliste) a déclaré : « Réfléchissez à deux fois avant de faire tomber le gouvernement ! » L’ancienne présidente du Parti travailliste et député Shelli Yehimovitz met en garde contre des élections anticipées qui pourraient déboucher selon elle, sur la consolidation de l’assise politique de l’actuel Premier ministre, Binyamin Netanyahou, voire sur la victoire de Nafatli Benett, le leader de la droite nationale, qui a le vent en poupe dans les derniers sondages.

Tsipi Hotobeli (Likoud) affirme que de nouvelles élections renforceraient le camp national. Commentant les rumeurs d’élections anticipées, la députée Likoud a indiqué que provoquer la chute du gouvernement aujourd’hui serait une erreur monumentale pour la gauche israélienne qui se retrouverait au final, avec un bloc de droite encore plus puissant et un Likoud renforcé.

bennett

Selon le journal The marker, le Premier ministre devait s’entretenir cet après-midi avec les ténors du Likoud afin d‘envisager ensemble l’avenir de la coalition et en dernier ressort, provoquer des élections anticipées. Mais la réunion a été annulée par le Premier ministre, prétextant  que cette réunion pouvait être mal interprétée par ses partenaires. Pourtant, le blocage actuel de certaines lois par le ministre des Finances Yaïr Lapid (Yesh Atid) et la ministre de la Justice, Tsipi Livni (Hatnouah), laisse entrevoir une crise qui pourrait provoquer l’éclatement de l’actuelle coalition.

Le quotidien Haaretz est persuadé que ce gouvernement ne pourra tenir sous les pressions des responsables politiques qui composent la coalition et qui défendent des politiques opposées les unes des autres : « Le chaos politique obligera Netanyahou à provoquer de nouvelles élections ! » Quant au journal Israël Hayom, il affirme que le Premier ministre n’est pas prêt, à cause du refus des orthodoxes de créer une nouvelle alliance, à cause des primaires au Likoud qui n’ont pas encore conforté sa position de leader, et surtout parce que la consultation des derniers sondages ne permet à aucun responsable politique une grande liberté d’action.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *