Netanyahou : il n’y a pas de place pour la discrimination contre les Arabes israéliens

Netanyahou, Lvni, Lapid et Erdan s’insurgent contre le maire d’Ashkelon qui interdit aux travailleurs arabes du bâtiment de reprendre leur travail et de se retrouver dans le voisinage des jardins d’enfants dans la ville.

netanyahou

Après la décision du maire de d’Ashkelon de restreindre le travail d’arabes israéliens dans les écoles de la ville et près des lieux publics, le Premier ministre estime que la discrimination contre les citoyens arabes n’a pas lieu d’être. « Ils ne doivent pas être punis à cause d’une petite minorité violente. Soyons plutôt déterminés contre ceux qui violent la loi », a estimé Binyamin Netanyahou.

La tempête politique provoquée par l’annonce faite par le maire d’Ashkelon a éclaté, entraînant des critiques de toutes parts, y compris celle du Premier ministre. Netanyahou a fustigé le maire d’Ashkelon, Itamar Shimoni : « Nous ne pouvons pas généraliser une communauté entière en raison d’une minorité violente et enflammé. La grande majorité des citoyens arabes israéliens sont respectueux de la loi, et contre ceux qui enfreignent la loi, nous agissons résolument et fermement. »

« Le cadre de la Loi fondamentale de l’Etat-nation d’Israël qui va être débattue par le gouvernement, complétera la loi sur l’égalité de tous les citoyens devant la loi, indépendamment de leur religion, de leur race ou de leur sexe. Je leur fait à tous la promesse de jouir pleinement de l’identité d’Israël en tant foyer national juif. Il n’y a pas de contradiction avec leur propre identité et je ne permettrait pas un affaiblissement de ces deux principes de base », a poursuivi Netanyahou.

yhouda weinstein

La ministre de la Justice, Tzipi Livni, a demandé que le procureur général, Yehuda Weinstien, vérifie les opérations de la municipalité Ashkelon. « C’est une directive de discrimination d’un groupe, et elle n’est pas conforme à l’avis général sur la sécurité qui est contre la discrimination des travailleurs ou les demandeurs d’emploi, fondée sur la nationalité ou la religion. Cette discrimination est interdite et doit être traitée par les textes de loi « , a déclaré Livni.

Selon des sources de l’unité de police de Lakish à Ashkelon, la police a déclaré qu’elle allait continuer à fonctionner conformément à la loi et ne pas empêcher les travailleurs de remplir leur fonction. « Il n’y a aucune exception aux lignes directrices en ce qui concerne Ashkelon, nous allons seulement arrêter les travailleurs qui n’ont pas de permis de travail », a déclaré la police dans un communiqué.

guilad erdan

Ministre de l’Intérieur Gilad Erdan a ordonné aux fonctionnaires du ministère interne de vérifier la légalité de l’ordonnance de Shimoni d’interdire les travailleurs de la construction arabes dans la ville. « Cette décision est inacceptable à mes yeux », a déclaré le ministre interne, un ancien résident d’Ashkelon.

« Nous ne pouvons pas agir d’une manière qui exclut et ternit toute une communauté de l’Etat d’Israël. Ces sortes de décisions sont susceptibles de conduire à des tensions accrues et provoquer des réactions négatives. En ce moment, la direction doit s’efforcer de calmer les esprits et le retour au sentiment de sécurité personnelle. Je comprends l’inquiétude du maire et des résidents, mais dans le but de retrouver le sentiment de sécurité, il faut faire confiance à la police et à l’armée israélienne, et la municipalité doit, selon ses capacités, sécuriser les institutions publiques et les zones sensibles « , a déclaré Erdan.

naftali bennett

Commentant la décision du maire d’Ashkelon de ne plus employer d’arabes autour des écoles et des lieux publics de la ville, le ministre de l’Economie et leader du parti Habayit Hayeoudi, Naftali Bennett, a indiqué : « Même si la période est difficile, il faut savoir que 99.9% des arabes israéliens sont fidèles à l’Etat. Nous devons agir d’une main de fer contre les terroristes et encourager ceux qui nous sont fidèles ».

herzog

« Cette décision est inacceptable et immorale et ne peut qu’aggraver le climat de peur et d’intimidation », a déclaré le chef de l’opposition, Isaac Herzog, à propos de la décision prise par le maire d’Ashkelon de limiter les travailleurs arabes du bâtiment en leur interdisant de travailler sur certains sites à proximité de jardins d’enfants dans la ville.

« Même au milieu de l’épreuve difficile de la guerre qui a été ressentie dans les derniers jours, Israël n’a pas pris de mesures discriminatoires et oppressives contre les Arabes qui vivent avec nous en tant que citoyens égaux en droits », a poursuivi Herzog.

Le ministre de la Science, Yaakov Peri (Yesh Atid), a écrit une lettre au Premier ministre Benjamin Netanyahou demandant que le Premier ministre réprimande le ministre du Logement Uri Ariel (Bayit Yehudi) d’avoir soutenu la décision prise par le maire d’Ashkelon d’interdire les travailleurs arabes du bâtiment de travailler à proximité des jardins d’enfants de la ville.

“Le ministre du Logement a soutenu la décision dans une interview accordé à la radio de l’armée. En plus du racisme flagrant, ses mots lèsent gravement l’intérêt national au plus haut point,” a écrit Peri à Netanyahou.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *