Et si vous ne pouviez pas faire vos Kaparot de Kippour cette année ?

Kaparotes ou Pidyone Kaparotes? Que choisir?

Qui ne se souvient pas quand, en bas âge, nous allions à la synagogue où le Cho’hete faisait tourner les poulets au-dessus de nos têtes ou pour certains le Cho’hete se déplaçait à la maison. Les poulets étaient alors offerts aux familles nécessiteuses.

Entre Rocha Hachana et Kippour dans presque toutes les communautés juives du monde, cette coutume a pris racine. Celle-ci  remonte à l’époque du Talmud. En effet on retrouve un commentaire de Rachi z »l dans le traité de Chabbath (81, b.) qui en parle.

Le mot Kapara veut dire rachat, expiation.

Ces dernières années, les endroits où s’effectuent les Kaparotes laissent à désirer selon le ministère de l’agriculture ainsi que selon le Grand Rabbinat d’Israël. Le transport des volailles, leurs conditions sur place en attendant l’abattage etc… ont même éveillé la protestation d’associations écologiques et de protection des animaux.

Il faut savoir que la Halakha nous oblige à prendre soin des animaux, et dans le cas de ces volailles, même si dans les heures ou minutes à venir elles seront abattues. Pour ceux qui peuvent le faire dans de bonnes conditions pour les poules, sans transformer cela en un abattoir à la chaine et avec un endroit correct pour les gallinacées, certain vous diront de le faire.

Pour tous les autres, qui n’ont ni la possibilité pratique ou l’endroit, les bonnes conditions ou un Cho’hete à portée de main, la coutume de ces dernières années est là pour vous… ainsi que pour des centaines d’associations caritatives:

Le Pidyone Kaparotes!

Changer les poulets pour leur valeur en argent et ensuite offrir ces Pidyone à une association ou directement aux pauvres eux-mêmes.

Les valeurs varient selon les moyens de la famille. On peut donner la valeur d’un poulet au minimum et jusqu’à la valeur d’un poulet par membre de la famille.

A titre d’information: un kilo de poulet en Israël tourne autour des 18 NIS/Kg. Un poulet moyen pèse 1,5 kg, donc notre don sera de 27 NIS par personne, soit 7 euros environ.

Une association franco-israélienne se fera un plaisir d’être votre intermédiaire face aux familles nécessiteuses. Elle aide quelques 1200 familles un peu partout en Israël tout au long de l’année. Les dons effectués sont reconnus par les impôts en France ainsi qu’en Israël.

Il ne vous reste plus qu’à cliquer et faire votre Mitsva de cette semaine si spéciale.

Association Hai Bahem: http://www.haibahem.org/donations_fr.php

Chana Tova!

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

2 pensées sur “Et si vous ne pouviez pas faire vos Kaparot de Kippour cette année ?

  • Avatar
    28 septembre 2017 à 23 h 45 min
    Permalink

    quelqu’un peut m’expliquer? j’avais appris qu’il était interdit de faire des sacrifices en dehors du Temple…
    quelqu’un peut m’expliquer?

    Répondre
  • Avatar
    29 septembre 2017 à 13 h 24 min
    Permalink

    et puis donner de l’argent pour racheter ses fautes, ça me rappelle « les indulgences » qui ont provoqué la « réforme ».
    bref, tout commence à me débecter sérieusement!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *