Naftali Bennett raconte la rencontre avec sa femme…laïque

Il y a 23 ans, moi, étudiant coiffée d’une kippa à l’Université hébraïque, je rencontrais une jeune fille, soldate de 20 ans. Une belle enseignante laïque. Elle s’appelle Gilat Einav.


Je me souviens de cette première fois ou je l’ai rencontrée avec mon père, béni soit son souvenir, et ma mère, dans un café de Jérusalem. J’étais très inquiet de la façon dont ils réagiraient en découvrant que je sortais avec une fille « laïque », non religieuse. Après le dîner, ma mère m’attrapa et me dit : « Elle est adorable! Elle pourrait devenir ma meilleure amie au monde. » Un poids quittait mon cœur.

22 ans plus tard, nous avions construit notre foyer en Israël et nous étions parents de 4 enfants.
Au fait, ma mère et Gilat sont vraiment devenues les meilleures amies du monde. Nous mangeons casher et faisons Shabbat. Quant a la famille « laïque » de Gilat, elle vient nous voir en voiture le Shabbat. Ensemble nous récitons le kiddoush suivi du repas familial. Un merveilleux dîner de Shabbat en famille.
Souvent nous passons ce jour chez ses parents au Moshav Kfar Uria, et jamais nous ne doutons de la cashrout des mets. Nous randonnons, tout simplement, avec grand-mère Brach’a dans la campagne et c’est merveilleux.

Nous sommes des juifs israéliens.

Qu’est-ce qu’un juif israélien ?
Le juif-israélien ne se reconnait point aux vus et sus de ses niveaux d’observance des commandements, mais plutôt à sa vision, son appréhension de notre pays. Une façon de voir et de vivre la vie. Une sorte de « lunettes » à travers lesquelles il perçoit la réalité.

Un juif israélien peut être religieux, traditionnel, laïc, orthodoxe nationaliste ou ultra-orthodoxe.
Les Juifs israéliens sont des Juifs intimement liés à leurs racines vieilles de près de 4000 ans, depuis le patriarche Abraham jusqu’à nos jours.

Les Juifs israéliens ne se jugent ni ne se jaugent selon leur degré d’observance religieuse.
Etre Juif israélien c’est accepter et aimer chaque Juif.
Les Juifs israéliens comprennent que chaque Juif vivant sur notre terre accomplit une mitsva cardinale – vivre dans un État juif en Terre d’Israël!

Un juif israélien considère le jour de l’indépendance comme une fête nationale, tout comme la Pâque. Il est ému lors de la cérémonie des flambeaux et son cœur explose de fierté.
Le juif israélien se tient immobile lorsque retentit la sirène le jour du Souvenir. Il pense que ce sont les deux minutes les plus saintes de l’année, tout comme Yom Kippour.
Un juif israélien perçoit dans la parole de Mme Myriam Peretz comme une continuité toute naturelle du cantique de Déborah.

Pas de contradiction

Un juif israélien sait que chaque soldat de Tsahal qui se bat pour nous est la chose la plus sainte au monde, quelles que soient ses opinions, sa couleur de peau et sa religiosité.
Le juif israélien aime la Torah et respecte les rabbins. Il est heureux qu’en Terre d’Israël il y ait des milliers d’érudits de la Torah qui préservent la chaîne des générations.
Un juif israélien ne voit aucune contradiction entre les progrès de la nation start-up et nos racines. L’excellence en mathématiques ne se fait pas au détriment des chapitres ancestraux.

Un juif israélien se souvient que nous avons une chance incommensurable, comparée à nos ancêtres qui vécurent dans un exil misérable.
Un juif israélien croit que précisément ici, en Terre d’Israël, il est possible de créer et de générer une œuvre juive, de promouvoir l’étude de la Torah chez les femmes et les laïcs, et ne craint guère les opinions divergentes.


On peut revenir à une culture de grands débats comme à l’époque de nos sages.Toute l’essence du judaïsme est un débat houleux entre différentes pensées.
Un juif israélien a généralement des opinions arrêtées, mais il n’est jamais sûr de posséder toute la sagesse. Il s’assoit avec les autres et doit aussi les écouter.

La haine gratuite de la mosaïque religieuse et laïque

Un juif israélien se souvient très bien que nous avons perdu notre pays à cause de la haine gratuite. Celle-ci nous conduisit vers une guerre civile, et il reste déterminé à ne plus revivre cela.
Un juif israélien célèbre les différentes traditions qui se sont développées dans des dizaines de pays de la diaspora : du Yémen aux États-Unis, de l’Éthiopie à la Pologne, du Maroc à l’Irak.
le tout est une merveilleuse mosaïque, et nous ne devons pas abandonner la tradition de nos ancêtres.

Un juif israélien comprend que pendant 2000 ans, la loi a traité des individus et des communautés. Elle ne pouvait se développer et devenir la gestionnaire d’un état, d’une économie, de l’emploi, de la coexistence nationale, des minorités, des transports, de l’armée.
Pourquoi?

Parce que nous n’avions pas d’État. Donc ce n’était pas vraiment pertinent. Par conséquent, un renouveau « halakhique » est nécessaire ici et dans les siècles à venir, lentement et calmement.
Comment avons-nous eu ce droit? Comment avons-nous eu le privilège de vivre ici, au sein de cette merveilleuse génération?
(traduction Rony Akrich)

Rony Akrich

Rony Akrich 62 ans (les Passions d'un Hebreu) enseigne l'historiosophie biblique, il est l'auteur de 3 ouvrages sur la pensee Hebraique et ecrit nombre de chroniques et aphorismes en hebreu et francais. Il est le fondateur du "Cafe Daat" a Jerusalem (une forme d'universite populaire). Il reside a Kiriat Arba en Judee, pere de 7 enfants et 19 petits enfants

2 pensées sur “Naftali Bennett raconte la rencontre avec sa femme…laïque

  • 8 mars 2022 à 12 h 34 min
    Permalink

    jusqu’a quand cet article sera present sur la toile assez assez

    Répondre
  • 16 février 2022 à 18 h 34 min
    Permalink

    Avec sa femme ce n’est pas evident comme démarche mais avec ses beaux-parents cela demande de la hishtadlut surtout dans une famille ashkenaz mais et aussi une preuve d’intelligence. Mon Shwer zal et sa femme nous l’ont montré depuis 33 ans avec des dizaines de petits enfants tous shomer shabbat mais une rappel leurs grands parents et leurs parents dans leurs jeunesse étaient de famille religieuse. Je connais d’autres familles qui n’ont jamais fait d’effort et n’ont jamais connu ou eu de relations avec leurs descendances

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.