Mon père Jacques Kupfer – Une hazkara puissante et émouvante à Hevron

Hevron était au cœur du combat de mon père, Jacques Kupfer (zal), depuis 35 ans. Il expliquait que Hevron est la source du Droit du Peuple juif sur l’intégralité de la Terre d’Israël. Il était donc naturel de commémorer le mois de sa disparition dans la Ville des Patriarches.


Orchestré par Aharon Domb (dit Dompa), ami proche de mon père et ancien directeur du Conseil de Judée Samarie, l’évènement a débuté à Kyriat Arba, par la pose d’une plaque à son nom dans la synagogue jouxtant une crèche construite grâce aux fonds levés par mon père.

Il avait parcouru la France, de communauté en communauté, ému de voir ces juifs, même les plus pauvres d’entre eux, se rendre à la synagogue du quartier et donner ce qu’ils avaient pour les enfants de Kyriat Arba. Durant la pose de la plaque, le maire de la Ville a rendu hommage à celui qui avait insufflé à la communauté juive de France le respect ultime des parents exigé dans les 10 Commandements : celui des Patriarches.

Nous avons ensuite été accueillis par la Yeshiva Shavey Hevron, dont mon père a ramassé les fonds nécessaires à son agrandissement et partenaire depuis toujours du puissant Yom Hevron que mon père a institué. Véritable rendez-vous sioniste de l’été des francophones, cette journée annuelle voit un défilé de drapeaux brandis par plus de 1000 juifs dans les rues de la Ville.

Drapeau bleu blanc à la main

Mon père aimait les étudiants de cette Yeshiva qui servent tous dans des unités combattantes de Tsahal, « la Torah dans une main et le Ouzi dans l’autre ». Les étudiants de la Yeshiva ont consacré le mois suivant sa disparition à l’étude de la mishna, étude qu’ils ont terminée en notre présence, suivie de discours émouvants du Rav et de Yair Polak le représentants de la Yeshiva.


C’est ensuite drapeau bleu blanc à la main que nous avons marché dans les rues de la Ville, jusqu’au magistral Tombeau des Patriarches où nous avons prié Arvit, dans la douceur de cette nuit enveloppée d’une magie sioniste.
Pour finir, nous nous sommes rendus au Beth Hamahpela, maison libérée et rachetée par l’association Harhivi Mekom Haoleh’ des mains de l’occupant arabe.

Cette association est dirigée par les fils Levinger dont le père, Moshe Levinger avait initié le retour du peuple juif sur les terres libérées durant la Guerre des 6 jours et en particulier à Hevron même. Mon père soutenait activement cette action de « Gueoulat Karkaot » (libération de terres) et l’association a tenu à saluer « un de ces rares hommes dont a bénéficié notre génération qui connaissait la vérité, qui n’en déviait pas et qui mobilisait le peuple derrière lui ».

Dans le cœur de la ville

Mon frère, ma sœur, moi-même et des ministres ont également rendu hommage à notre père. La cérémonie s’est clôt sur la Hatikva avec en fond de décor la Mearat Hamahpela illuminée.


Durant la shiva, nous avions eu la visite de nombres d’habitants de Hevron. L’un d’entre eux nous a dit qu’il aurait aimé éprouver le même amour pour Hevron que mon père. Un autre nous a dit que mon père avait une attitude de propriétaire lorsqu’il marchait dans les rues de la Ville. C’est effectivement ce que mon père éprouvait : à Hevron, il était chez lui. Hevron était gravée dans son cœur et mon père est gravé pour l’Eternité dans le cœur de la Ville.


Nili Naouri

2 pensées sur “Mon père Jacques Kupfer – Une hazkara puissante et émouvante à Hevron

  • Avatar
    13 février 2021 à 19 h 26 min
    Permalink

    Jacques repose en paix
    un ancien du bné zev

    Répondre
  • Avatar
    21 février 2021 à 19 h 49 min
    Permalink

    Une grande perte mais a laissé la releve

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *