Mon émouvante rencontre avec la veuve du soldat Or Elharar

C’est l’une des réponses les plus émouvantes et les plus profondes que j’ai reçues à une question lors d’une interview. J’ai rencontré Or Elharar, la veuve du major Itamar Elharar qui a été tué la semaine dernière par le tir de nos forces la semaine dernière, en même temps que le major Ofek Aharon. Par la journaliste Sivan Rahav Méir.

Une rencontre émouvante au cours d’une interview pour la chaine N12 israélienne. Or m’a raconté comment ils se sont rencontrés, comment ils se sont mariés lors d’un petit mariage corona dans la cour. « J’ai pu ainsi relativiser: pas de traiteur, pas de salle, mais il y a un marié et c’est le principal ». Elle m’a aussi dit à quel point Itamar était dévoué et attentionné. « Il m’a fait ressentir que chaque minute avec moi était la chose la plus précieuse ».

Elle m’a dit qu’elle referait exactement la même chose, qu’elle revivrait exactement le même parcours même si elle savait qu’ils se sépareraient de la sorte. « Je me sentais entière et et complète chaque jour où nous vivions ensemble, et je recommencerais ».

Réponse émouvante et profonde : « Si la situation était inversée »

Mais à la fin, je lui ai délicatement demandé ce qu’elle avait à dire à N., le soldat qui leur a tiré dessus dans le même incident de tir croisé. Or s’arrêta un instant pour réfléchir et répondit :

« C’était une situation d’accident, et je pense que si Itamar avait fait une telle erreur, si la situation était inversée. J’aurais aujourd’hui mon mari auprès de moi et j’aurais voulu qu’il continue à vivre.
Quand je parle à N., je pense à moi-même : Si Itamar avait été a sa place, qu’est-ce que j’aurais souhaité ?  » Et la réponse est que j’aurais voulu qu’on lui donne la force de s’en sortir. Alors, voici ce que je dis à N. et à sa famille : entourez-le, soutenez-le, aidez-le a se relever et se renforcer. Et surtout soyez avec lui autant que possible pour lui donner la force de continuer à vivre. »

On dit que respecter le commandement « aimer son prochain comme soi-même », c’est aimer l’autre comme on s’aime soi-même. C’est se mettre à sa place, et se comporter comme on aimerait être traité dans la même situation. Hier, dans des circonstances malheureuses, sous mes yeux, j’ai vu ce que cela signifie.

Sivan Rahav-Meir

Sivan Esther Rahav-Meir est une journaliste, reporter, publiciste et présentatrice de télévision et de radio israélienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.