Mes frères juifs de France, ne fuyez pas!

 

Vous avez été nombreux à nous demander de publier à nouveau ce texte paru il y a quelques années sur Coolamnews. Le revoici donc. Nathaniel Zerbib a écrit une lettre très particulière aux Juifs de France, afin de leur demander de ne pas fuir leur pays d’accueil, qui a tant fait pour eux…A lire jusqu’au bout et à diffuser largement.

« Mes frères juifs de France ne fuyez pas !

Ne fuyez pas cette terre d’accueil qui adopta vos parents il y a plus d’un demi siècle qui le lui rendirent par un profond sentiment d’appartenance et de fierté à la servir fidèlement mais qui aujourd’hui dénigre vos enfants au profit d’un ramassis de parasites qui n’ont que faire de ses valeurs et crachent dans la soupe populaire distribuée généreusement à quiconque la demande

Ne fuyez pas ce pays qui a fait naître les droits de l’Homme mais qui au nom de deux de ses principales valeurs que sont la Liberté et l’Egalité, ne sait plus distinguer le bien du mal, le patriote fier de l’étranger rebelle, le citoyen productif du migrant pique-assiette

Ne fuyez pas ce pays où le bleu n’est depuis fort longtemps plus signe de noblesse, le blanc est devenu symbole d’abdication totale face aux menaces de tous bords, et le rouge est celui du sang pur abreuvant les sillons d’une culture étrangère

Ne fuyez pas ce pays où la promesse que « nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses » perd tout son sens lorsqu’un examen fatidique tombe un Chabbat

Ne fuyez pas ce pays où les noms Robespierre, Felix Faure et Charles De Gaulle ne riment plus qu’avec des stations de métro mal famées

Ne fuyez pas ce pays où la viande ‘halal se trouve dans des centaines d’écoles publiques alors qu’on menace d’interdire l’abattage rituel

Ne fuyez pas ce pays où bon nombre d’entre vous sont arrivés à la conclusion apocalyptique que voter Le Pen n’est finalement pas un si mauvais choix

Ne fuyez pas ce pays où marcher dans la rue avec une kippa n’est plus une marque de fierté ou de courage mais relève plutôt de l’inconscience voire de la folie

Ne fuyez pas ce pays où on est Charlie, Nice, le Bataclan sans aucune réserve mais on hésite lorsqu’il s’agit d’être Ilan, Toulouse, Hyper Cacher

Ne fuyez pas ce pays où l’amalgame entre Sionisme et Fascisme, Israël et Apartheid, implantation et occupation est tellement grotesque qu’il fait perdre toute crédibilité à ceux qui le prônent.

Non, mes chers frères, ne fuyez pas… mais venez.

Venez dans le pays où outre le lait et le miel, y coulent à flot le soleil, les fruits doux et odorants, les start-ups

Venez dans le pays où on rend à votre bonjour du matin « une matinée pleine de lumière »

Venez dans le pays où les soldats ne se trouvent pas aux portes de nos synagogues et nos écoles, mais dans les rues, dans le bus et à nos tables car ils sont nos fils, nos frères, nos maris.

Venez dans le pays où lors d’une visite au marché, le simple fait de respirer les odeurs des pitot fraîches et des épices aromatiques vous rassasie pour toute la journée

Venez dans le pays où l’hésitation d’un jeune de 18 ans n’est pas entre Médecine, Droit ou Prépa , mais entre Golani, Tsan’hanim ou Na’hal

Venez dans le pays où la langue de Moise est parlée par tous mais celle de Molière, Shakespeare et Tolstoï s’entendent quotidiennement et sont appréciées à leur juste valeur

Venez dans le pays où jours fériés et jours de fête occupent la même case dans le calendrier

Venez dans le pays où chaque guerre est le théâtre d’une manifestation d’unité profonde et où les termes « laïc » et « religieux », « séfarade » et « ashkénaze », « droite » et « gauche » s’effacent pour ne plus laisser place qu’à un seul mot : « a’hi »

Venez dans le pays où une simple balade dans la rue revêt des apparences d’un voyage dans le temps

Venez dans le pays où la fête de l’indépendance, le drapeau national et la carte d’identité y sont respectés avec autant de ferveur que Pessa’h, le talith et la mezouza

Venez dans le pays de nos ancêtres ou s’est écrit notre passé, se vit notre présent et se construit notre avenir.

Alors, pourquoi fuir quand on peut venir? »

3 pensées sur “Mes frères juifs de France, ne fuyez pas!

  • Avatar
    21 décembre 2020 à 7 h 45 min
    Permalink

    Quittez ce pays ,autrefois appelé France !
    Quittez ce pays qui réserve le meilleur accueil a nos ennemis .
    Quittez ce pays qui applique systématiquement une politique hostile et dangereuse pour mon pays ,l état Juif .
    Quittez ce pays qui depuis 3 générations diffuse sa propagande antisioniste avec l aide de ses 30000 journalistes ,petits soldats du pouvoir en place .
    Ce pays restera indifférent quand son immigration choisie prendra le pouvoir ,et s attaquera au problème Juif pour commencer ,et finira par s attaquer aux autres mécréants !

    Répondre
  • Avatar
    22 décembre 2020 à 13 h 34 min
    Permalink

    voilà encore qui n’était pas triste : ce sordide Nathaniel Herzberg se revendiquait des… droits de l’Homme pour mieux cracher sur « un ramassis de parasites », sic, et sur « le migrant pique-assiette », resic !
    Il pouvait bien nous appeler ses… frères : les individus de son espèce (juifs ou non, peu importe) seront toujours dans le camp de l’ennemi

    Répondre
    • Avatar
      23 décembre 2020 à 17 h 29 min
      Permalink

      ce n’étaient pas seulement les immigrés mais… les juifs de France, que ce Herzberg méprisait : beaucoup n’ont ni la tentation ni même l’habitude de fuir quand ils ou elles se trouvent confrontés à de l’antisémitisme

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *