Merkel s’oppose à la reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien

La chancelière allemande, Angela Merkel, se démarque de la plupart de ses voisins et s’est opposée à l’idée de la reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien. Selon elle, seuls les Palestiniens et les Israéliens peuvent résoudre le conflit par des négociations, critiquant dans la foulée la Suède qui a reconnu l’Etat de Palestine.

Dans une conférence de presse vendredi soir à Berlin, à l’issue de sa réunion avec le Premier ministre Belge, Charles Michel, Merkel a déclaré: «  Le but est que Palestiniens et Israéliens se mettent d’accord par la négociation sur une solution à deux Etats vivant côte à côte. En conséquence, de notre point de vue, une reconnaissance unilatérale de l’Etat palestinien ne nous ferait pas avancer vers une solution à deux Etats ». Selon la chancelière allemande, il est préférable de se concentrer sur le renouvellement des pourparlers israélo-palestiniens, ce qui « parait très compliqué, au vue de la situation actuelle ».

La chancelière allemande a par ailleurs critiqué la reconnaissance officielle de l’Etat de Palestine par la Suède, premier membre de l’Europe occidentale dans l’UE, à franchir le rubicon.

La prise de position de la chancelière allemande est importante,  car elle représente un veto contre cette mesure, alors que la décision des 28 sur la question doit être prise à l’unanimité.

De son côté, Charles Michel a déclaré que la Belgique préférerait en général à reconnaître l’Etat de Palestine, avant d’ajouter: « Mais la question est quand vient le moment approprié? Confirmant le besoin d’une position commune de l’UE.

En France, le groupe socialiste à l’Assemblée a déposé jeudi une proposition de résolution visant à reconnaître un Etat palestinien qui sera soumise à un vote solennel le 2 décembre si elle est déclarée recevable par le gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *