Même lorsqu’un juif américain meurt assassiné par un Palestinien, B. Obama montre son hostilité à Israël

La manière avec laquelle l’administration Obama a traité l’assassinat la semaine dernière en Judée Samarie d’Esdras Schwartz z’al, un étudiant de 18 ans de la ville de Sharon, dans le Massachusetts, pendant son année de césure en Israël, a soulevé des questions douloureuses chez nombre de Juifs américains, bouleversés par sa mort et par l’hostilité affichée de Barack Obama, qui a refusé de le traiter comme « une victime américaine comme les autres ».

« Obama silencieux lorsque des Américains sont assassinés en Israël: les Juifs orthodoxes exigent des réponses » a ainsi réagi l’un des membres de l’Union orthodoxe américaine.

La journaliste Allison Kaplan Sommer a elle aussi soulevé des questions au sujet de la réponse du président Barack Obama à l’assassinat de E. Schwartz z’al dans le quotidien israélien Haaretz, pourtant généralement très favorable à l’administration démocrate.

Voici l’une des déclarations de la Maison blanche: « nous continuons à condamner dans les termes les plus forts possible ces attentats terroristes scandaleux. Ces incidents tragiques soulignent l’importance de prendre des mesures positives pour rétablir le calme, réduire les tensions et mettre fin immédiatement à la violence « .

La déclaration contraste vivement avec celles condamnant les attentats à Paris et Bamako. Seuls les attentats en Israël donnent lieu à la curieuse conclusion qu’il incombe à toutes les parties – y compris Israël – d’empêcher la violence qui a tué E. Schwartz z’al…

Lors d’une conférence de presse donnée le 22 novembre par B. Obama, on note là encore un traitement deux poids deux mesures: le président américain ignore la victime juive et cite deux autres américains victimes de la violence islamiste dans une dénonciation des attentats dans le monde: « aujourd’hui, les familles dans de trop nombreux pays sont en deuil de la perte insensée de leurs proches dans les attentats en France et au Mali. Nous autres Américains, nous nous souvenons de Nohemi Gonzalez, qui était âgée de 23 ans seulement, et étudiante à l’Université d’État de Californie. Elle était à Paris pour poursuivre son rêve d’améliorer la vie des gens à travers le monde. Et nous nous souvenons d’Anita Datar du Maryland. Elle était vétéran du Peace Corps, mère d’un jeune fils, et elle a consacré sa vie à aider les pauvres dans le monde, y compris les femmes et les filles au Mali. »

4 pensées sur “Même lorsqu’un juif américain meurt assassiné par un Palestinien, B. Obama montre son hostilité à Israël

  • 29 novembre 2015 à 10 h 37 min
    Permalink

    chavou atov

    depuis son election;et quand il a ete en egypte;qu »il a ditt salem a likoum,j’ai toujour dit qu’il aller faire beaucoup de mal a ISRAEL,c »est le plus grand terroriste et antisemite que la terre a portée,quand il a ete au mali;il a dit qu’il s’apelair husein barak,

    Répondre
  • 29 novembre 2015 à 9 h 49 min
    Permalink

    C est pas un noir voyons!

    Répondre
  • 29 novembre 2015 à 9 h 18 min
    Permalink

    C est un antisemite de la pire espèce
    Un jour si D..ieu veut il paiera cher tout son comportement vis à vis d’Israel et des juifs en particulier
    Bientot son départ et quel bon debarras de ce musulman

    Répondre
  • 29 novembre 2015 à 8 h 39 min
    Permalink

    Désole…il n y a rien de nouveau …il n a jamais été notre ami…et il ne le sera jamais

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *