Médias américains : leur absolue ignorance de la couverture médiatique israélienne !

Sur le site Commentary, le journaliste américain Isi Mendel se demande, d’après un titre paru sur le Washington Post (Ce que les Israéliens nous apprennent), si les médias américains savaient qu’il existait une autre version des faits que celle du Hamas et que leur focalisation asymétrique qu’ils imposaient à leurs lecteurs n’avait pas donné une version tronquée des faits durant le conflit.

« En éludant le fait qu’un million d’Israéliens vivaient sous la terreur, et cela pendant 50 jours, s’abritant dans des abris parce que le Hamas tiraient sans discernement 4.500 roquettes mortelles sur les civils, les médias américains ont donné une version scandaleuse de l’image du conflit. Sur les 4.500 roquettes tirées par le Hamas, 875 sont tombées sur Gaza, faisant probablement des victimes palestiniennes. Le savaient-ils ? »

Le Hamas a-t-il choisi de tirer sur son peuple ?

 presse

« Si vous connaissez ces faits, et que vous savez qu’intentionnellement les terroristes du Hamas tiraient sur ses gens, vous devez en faire partager vos lecteurs, c’est votre devoir professionnel, ajoute Mendel ! « On a pu remarquer que le traitement de l’information des différents médias américains reposait sur le seul fait que les journalistes étaient inondés par l’intoxication du Hamas. Le manque de compréhension et de connaissance de la politique palestinienne est une des raisons de leur absence d’objectivité. Mais l’ignorance n’est pas seulement le fait de la presse, elle est aussi due aux manquements des dirigeants, y compris ceux de la Maison Blanche ! »

« Personne ne veut de la vraie histoire ! »

 « Que l’on soit ou non d’accord avec la politique de Binyamin Netanyahou du gel partiel ou total des constructions des implantations, la véritable histoire est que les faits quotidiens, la stratégie globale de l’Etat hébreu, le mode de vie d’un peuple, la version israélienne, la transformation de l’Histoire par les palestiniens, rien n’est jamais vraiment considérée par les dirigeants américains, et par là-même par les journalistes, car la vraie Histoire, personne ne veut l’entendre sous prétexte qu’il existe une nouvelle réalité, et que seule celle-ci doit être prise en compte . »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *