Marranes: Vers une reconnaissance et un retour au sein du peuple Juif

120 millions de descendants de Marranes et 14 millions de Juifs dans le monde : Vers une reconnaissance et un retour au sein du peuple Juif.

Création à Paris de L’INSTITUT EUROPÉEN D’ETUDES ET DE RECHERCHES MARRANES (Association à but non lucratif loi 1901) Directeur Pierre Mamou

Correspondant de INSTITUTE FOR SEFARADI AND ANOUSIM STUDIES (Université de Netanya)  Directeur Salomon Buzaglo

Ces instituts crées en 2011 à Netanya et en 2019 à Paris ont été fondés pour répondre à l’extraordinaire réveil et au retour à leur héritage Juif des descendants des Marranes (crypto-Juifs ou Bnei Anousim en hébreux) convertis de force et fuyant les persécutions de l’inquisition  il y a cinq siècles.

Reconstruction du peuple juif

Le marranisme est une manifestation inhérente au peuple Juif découlant de sa dispersion et de sa persécution. L’équilibre démographique du peuple Juif a été depuis un siècle affaibli par l’holocauste et la forte assimilation qui découle sur un nombre grandissant de mariages mixtes.

L’identification et la recherche des racines Juives (recherches généalogiques et profils génétiques) constituent le premier pas dans une introspection vers un passé tragique au cours duquel la mémoire Juive a été cultivée et entretenue malgré les persécutions et le déracinement. Ces deux souvenirs, la mémoire Juive et la mémoire du traumatisme des persécutions garantissent le retour à l’identité Juive des Marranes.

Après beaucoup de réticences, le rabbinat en Israël sera contraint à harmoniser et normaliser ses actions de conversions en Israël et aussi en dehors d’Israël.

Les recherches effectuées sur le sujet pendant les trois dernières décennies montrent que les descendants des Marranes d’origine ibérique seraient aujourd’hui plus de 120 millions de personnes répartis en Amérique du sud (Brésil, Mexique, Equateur, Pérou, Panama et république Dominicaine) et dans le sud de l’Europe (Portugal, Espagne, Italie du sud, Sicile et Corse).

Rappel historique 

Le Portugal

Ce pays a servi de refuge aux juifs expulsés en 1492 mais également de terre d’accueil aux marranes d’Espagne, imposera la conversion forcée aux juifs expulsés 5 ans  plus tard. C’est ce qui expliquera dans les années qui suivent a un exil massif de ces populations vers des   contrées plus accueillantes (Amsterdam, Livourne, Salonique, l’empire Ottoman, l’Afrique du nord et aux Amériques).

Dans le nord du Portugal en 1920 un ingénieur Juif Polonais nommé Samuel Schwarz en poste près de Belmonte découvrit dans cette ville l’existence d’une communauté Marrane ayant conservé au fil des siècles un nombre important  de rites Juifs et qui revint progressivement à un judaïsme orthodoxe avec la construction d’une synagogue et l’ouverture d’un hôtel-restaurant strictement cacher. C’est aussi Samuel Schwarz qui découvrit à Tomar une ancienne synagogue du 14ème siècle qu’il acheta et ouvrit un musée qu’il nomma Abraham Zacuto du nom d’un illustre cartographe du 15ème siècle et où l’on peut voir des nombreuses reliques et des plaques tombales très anciennes.

En Espagne

dans plusieurs villes subsistent beaucoup de lieux qui témoignent d’une présence Juive, et aux Baléares les Chuetas descendants de marranes convertis dès 1391 et qui ont choisi de se marier entre eux et qui aujourd’hui renouent pour certains avec leurs racines Juives.

En Sicile

A Palerme, une église désaffectée dans l’ancien quartier Juif est en train de redevenir une synagogue grâce à la bienveillance de l’archevêque de la ville Mgr Orifici.

En Corse

Une longue histoire d’amour et de bienveillance des habitants de l’ile avec les Juifs fera l’objet bientôt à Paris d’une présentation d’un livre par son auteur qui relate l’arrivée des Marranes dans l’ile.

En Afrique du Nord

Au temps des persécutions almohades du 13ème siècle qui obligèrent les communautés Juives à choisir entre la mort ou la conversion, avant de pouvoir revenir ouvertement au judaïsme à l’exception de deux villes à Fès au Maroc et à Sfax en Tunisie où aujourd’hui existent des descendants de crypto Juifs étant officiellement Musulmans.

En Amérique du sud

De nombreux Marranes trouvèrent refuge et des aventures extraordinaires se sont produites. De la culture de la canne à sucre introduite au Brésil par des Marranes de l’Ile de Madère, à la bienveillance de Christophe Colomb et de sa famille qui accueillirent de nombreux Marranes en Jamaïque, et qui pour certains d’entre eux, devenus pirates prirent leur revanche sur les Espagnols en capturant leurs bateaux. Puis plus tard ce sont encore des Marranes qui permirent aux Anglais et aux Hollandais de conquérir le nord du Brésil et certaines îles de l’Amérique centrale et prendre ainsi une revanche sur l’Espagne intolérante et inquisitoriale.

Il y a aujourd’hui des millions de descendants de Marranes qui revendiquent leurs origines et entre autre au Brésil avec la société de généalogie locale un projet géant d’arbres généalogiques des descendants des Anousim a été créé par l’Institut de Recherche du monde Séfarade et du Marranisme au Collège universitaire  de Netanya.

Identification

Nous invitons les personnes intéressées à adhérer à notre institut, à participer à nos recherches, à participer à nos voyages dans les lieux Marranes et à assister à nos conférences à Paris.

Nos instituts proposent aussi leur aide à ceux qui le souhaitent de chercher l’identification et la recherche de leurs racines Juives et pour certains les orienter vers une conversion orthodoxe et leur retour dans le peuple Juif.

Adresse mail : [email protected]

Téléphone et WhatsApp : 33(0)609668491

Pierre Mamou

Pierre Mamou

Pierre Mamou est né à Tunis qu’il quitte adolescent mais où il garde de nombreux amis et relations.Il choisit une carrière dans le commerce international qui lui permet de voyager dans le monde entier ,notamment en Chine et en Inde,mais sa véritable passion est d’aller à la rencontre des communautés Marranes,ces Juifs Espagnols obligés de se convertir ou de s’exiler il y a 5 siècles.Chaque mois il nous fera un récit historique et racontera ses rencontres d’Amsterdam à Livourne, de la Jamaïque à Goa en Inde à la découverte des communautés Marranes

4 pensées sur “Marranes: Vers une reconnaissance et un retour au sein du peuple Juif

  • Avatar
    15 septembre 2019 à 16 h 12 min
    Permalink

    Très bonne idée pour augmenter la population du peuple juif.
    Néanmoins je ne me limiterais pas à une conversion orthodoxe et permettrais également un genre de « conversion laïque  » pour les descendants de Marranes qui tout en se considérant comme Juifs et étant solidaire du peuple juif et d’Israël ne sont pas croyants.
    Il faudra évidemment bien organiser cette « conversion laïque » pour éviter des abus.

    Répondre
  • Avatar
    16 septembre 2019 à 14 h 56 min
    Permalink

    Augmenter le nombre de Juifs « officiels » dans le monde via les Marranes, dans un premier temps, serait chose bienvenue. Ariel Sharon le pragmatique et grand défenseur du peuple d’Israël avait saisi des occasions : les Bné Israel (Juifs d’Ethiopie) puis les Russes après l’effondrement de l’URSS. Il ne se préoccupait que modérément de ce qui préoccupait certains rabbins (dont je ne nie pas les mérites) et en tant que ministre du Logement il fit beaucoup pour accueillir ces très nombreux immigrants qui pour beaucoup n’avaient qu’un lien improbable avec le judaïsme et qui amenaient avec eux des familles non-juives. Ces Russes constituent aujourd’hui l’un des fers de lance dans la défense d’Israël.

    Répondre
  • Avatar
    17 septembre 2019 à 19 h 27 min
    Permalink

    Bravo Pierre. Tu me surprendras toujours ….
    Où peut on venir t’écouter et en apprendre plus et t’accompagner – pourquoi pas – à la recherches des descendants des Amitiés
    Muriel
    PS : Allegra Tibi, était elle à l’ecole des filles, rue de Marseille ?

    Répondre
    • Avatar
      17 septembre 2019 à 19 h 30 min
      Permalink

      Je voulais dire des descendants des Marranes
      Amitiés
      Muriel
      Le message a été tronqué

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *