Mais d’où viennent donc les séfarades ? Par Pierre Mamou.

Séfarade désigne l’Espagne en hébreu. Depuis l’origine de leur installation dans la péninsule ibérique où certains historiens​ affirment qu’elle s’est produite 1000 ans avant l’ère vulgaire dans le sillage des conquêtes Phéniciennes. Ce fut à l’époque du roi Salomon, ami du roi Hiram de Phénicie (Liban actuel) qui fournit le bois de cèdre ​ayant servi à la construction du premier Temple de Jérusalem.

Des membres de la tribu de Zébulon, grands navigateurs auraient suivi les Phéniciens à la fondation des comptoirs Phéniciens en Espagne.​ La proximité linguistique entre les Phéniciens et les Hébreux de l’époque favorisa cette implantation.

Les preuves de la présence Juive en Espagne sont plus sûres à la destruction du second Temple de Jérusalem. ​Les esclaves Juifs déportés par les Romains​ arrivèrent en Espagne et ​furent rachetés majoritairement par les communautés Juives présentes.

La preuve incontestable de la présence Juive date du 4ème siècle après l’ère vulgaire. Les décrets du concile d’Elvire et des interdictions faites aux Juifs concurrents des premiers Chrétiens qui persécutèrent les Juifs en ​témoignent.

Puis l’invasion des Wisigoths venus du nord de l’Europe offrit aux Juifs un court répit jusqu’à la conversion au christianisme d’une partie des Wisigoths.​ Après le  concile de Tolède en 589,​ les Juifs furent à nouveau persécutés et beaucoup d’entre eux ​durent​ se convertir ou quitter l’Espagne. Mais sous le règne du souverain Swinthila (621-631), les convertis revinrent au judaïsme​ et les exilés regagnèrent l’Espagne.

A la chute de l’empire Wisigoth en 711 et à l’invasion Musulmane la même année, les Juifs trouvèrent leur salut. Ils accueillirent en libérateurs les nouveaux conquérants Arabo-Berbères plus tolérants que les Chrétiens et établirent une nouvelle période d’épanouissement de la culture judéo-arabe.

La situation des Juifs dans l’Espagne musulmane connut deux périodes : avant et après les invasions almohades :

La première​ période : « L’âge d’or » : De nombreux Juifs atteignirent de hautes positions économiques, politiques et culturelles, malgré  la Dhimma qui institua aux « gens du livre » Juifs et Chrétiens un statut de protection mais aussi de soumission. ​Certes ils avaient la liberté de culte mais ils avaient aussi de nombreuses interdictions dans la vie courante et devaient payer des impôts spécifiques. Les mariages mixtes avec des Musulmans ​étaient interdits sous peine de mort sauf s’il y avait eu conversion préalable à l’Islam.

Les Juifs du monde chrétien chassés d’Angleterre et de France voient alors l’Espagne comme une terre de tolérance relative. De nombreuses populations Juives du Maroc à Babylone s’installent en Espagne. La culture Séfarade va apporter au monde une contribution majeure aux sciences, à la médecine, l’astronomie, la littérature. Elle influencera le judaïsme sur les plans religieux et culturel grâce​ aux nombreux érudits rabbins et savants de Abraham Ibn Ezra, Salomon Ibn Gabirol à Moise Maimonide entre autres.

La deuxième​ période fut celle de l’invasion de berbères islamistes fanatiques ​: les almohades​. Ces derniers ne laissèrent, en Espagne et en Afrique du nord, aux chrétiens et aux juifs que le choix entre la conversion à l’Islam, la fuite ou la mort. Après la chute des almohades les communautés Juives revinrent  au judaïsme tout en restant meurtries. En Espagne les chrétiens commencèrent la reconquête​ de plusieurs royaumes musulmans qui tombèrent les uns après les autres.

L’exil en Afrique du nord

C’est alors que dans la partie de l’Espagne redevenue chrétienne en 1391 des moines fanatiques fomentèrent des émeutes dans plusieurs villes d’Espagne qui provoquèrent la mort de nombreux Juifs, la conversion forcée au christianisme de milliers d’autres et obligèrent certains autres à s’exiler en Afrique du nord où ils revigorèrent le judaïsme Nord-Africain. Ils prirent ainsi la direction de nombreuses communautés​.

Le  judaïsme au Maroc en Algérie et en Tunisie devint ainsi l’héritier naturel du judaïsme Séfarade. Pendant un siècle en Espagne entre 1391 et 1492, les Juifs et les crypto-Juifs ou Marranes eurent à subir le fanatisme chrétien qui se termina après la chute du dernier état Musulman de Grenade en 1492 par le décret d’expulsion de l’Alhambra.

Mon livre sur l’histoire des Marranes est sorti. Il peut vous être livré à votre domicile en adressant un chèque de 15 euros (prix du livre port compris) à l’INSTITUT DE RECHERCHES MARRANES : 47, rue du Caire, 75002 Paris.

Ou par paypal en envoyant 15 euros à [email protected] avec votre adresse postale.

Pierre Mamou

Pierre Mamou est né à Tunis qu’il quitte adolescent mais où il garde de nombreux amis et relations.Il choisit une carrière dans le commerce international qui lui permet de voyager dans le monde entier ,notamment en Chine et en Inde,mais sa véritable passion est d’aller à la rencontre des communautés Marranes,ces Juifs Espagnols obligés de se convertir ou de s’exiler il y a 5 siècles.Chaque mois il nous fera un récit historique et racontera ses rencontres d’Amsterdam à Livourne, de la Jamaïque à Goa en Inde à la découverte des communautés Marranes

4 pensées sur “Mais d’où viennent donc les séfarades ? Par Pierre Mamou.

  • 12 mai 2022 à 17 h 26 min
    Permalink

    Bonjour,
    Votre livre est il vendu en Israel?
    Merci

    Répondre
    • 13 mai 2022 à 11 h 17 min
      Permalink

      L’ère vulgaire n’est rien d’autre que la période que nous comptons à partir de l’an 1
      Nous sommes en l’année 2022 de l’ère vulgaire.

      Répondre
    • 13 mai 2022 à 12 h 41 min
      Permalink

      L’ère vulgaire c’est équivalent d' »après Jésus Christ « et pour ne pas faire référence à la religion. Vulgaire est synonyme de commun, très répandu. Perso j’utilise « après notre ère » au lieu d' »après JC. »

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.