Mahmoud Abbas, qui considère que le monde est à ses pieds, fera-t-il plier Netanyahou ?

En novembre, l’Autorité palestinienne, demandera au Conseil de sécurité de voter une résolution exigeant l’évacuation d’Israël des territoires sous autonomie palestinienne dans les trois ans à venir, (c’est-à-dire un retour aux frontières de 1947 et non de 1967). Les Américains ont déjà signifié à l’AP qu’ils utiliseraient leur droit de veto. Mais…

Tous les Premiers ministres israéliens ont cédé aux pressions des présidents américains. Shamir a signé les accords de Madrid en cédant aux pressions de George Bush père, copieusement conseillé par l’anti-israélien James Baker ; Rabin, conseillé lui par Shimon Pérès, a cédé aux pressions de Clinton et a signé les accords d’Oslo ; Sharon, en cédant aux pressions de George Bush fils, a abandonné le Goush Katif en le concédant aux Palestiniens. George Bush fils avait d’ailleurs rappelé à la rescousse James Baker, toujours aussi anti-israélien, en créant pour lui une commission fantôme.

Et Obama, fera-t-il céder Netanyahou, comme celui-ci l’a déjà fait plusieurs fois, notamment en demandant des excuses à Erdogan ? Le Premier ministre israélien cédera-t-il une nouvelle fois au président américain pour obtenir le droit de veto des USA au Conseil de sécurité, qui, est-il nécessaire de le noter, n’a plus de majorité au Congrès ? Il est vrai que la Constitution des Etats-Unis accorde au Chef de la Maison Blanche certaines prérogatives en matière de politique étrangère, et qu’il va sûrement en profiter.

« Se débarrasser du problème palestinien… »

Ce que veut obtenir Obama d’Israël n’est pas très compliqué à entrevoir. Il veut contraindre le Premier ministre israélien à s’asseoir à la table des négociations face aux Palestiniens et lui faire signer une paix dénuée de toute sécurité et de profondeur stratégique pour l’Etat juif. Car pour lui, comme pour toute la classe dirigeante de la planète, se débarrasser du problème palestinien, c’est se débarrasser de l’extrémisme islamique. Ou alors, peut-être n’est-il pas aussi naïf au point de le croire, et ce qui l’intéresse au plus au point, comme à toute la classe dirigeante de la planète, c’est les gains politiques qu’il en tirerait.

Les émeutes se multiplient, les attentats aussi, deux voitures béliers et un tir à bout portant. La famille et les amis de Yéhuda Glick veulent organiser un rassemblement sur le Mont du Temple et une prière pour son rétablissement. Immédiatement, les Palestiniens ont réagi sur leurs pages Facebook, appelant à la mobilisation des « Arabes du monde entier » pour empêcher ce rassemblement. Si Israël ne réagit pas par tous les moyens qu’il possède, la situation risque de s’envenimer et Mahmoud Abbas obtiendra par la violence, en isolant un peu plus Israël, ce qu’il n’aurait pas pu obtenir par des moyens légaux et diplomatiques. Ce que l’OLP a toujours fait. Abbas a bien appris sa leçon…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *