Ma dernière expérience dans un taxi israélien

J’ai oublié de vous raconter ma dernière histoire de taxi, il y a deux jours. Par José Boublil.

Je n’étais pas en grande forme et monte dans un taxi vers 19h pour rentrer chez moi. A peine bonjour au pauvre chauffeur. Je tapote sur mon clavier magique, ne sachant plus si c’était le jour ou la nuit.

Puis je sors de mon silence et, par correction, j’entame une conversation polie. Le mec a une couleur de peau assez germanique, 60 ans, en apparence grognon. Mais rapidement, je vois qu’il est vraiment sympa.
On parle de tout. De son métier, de notre ville, etc.

Puis, la seule question qui m’intéresse : d’où tu viens? Réponse unique en Israël : « noladti po »! Je suis né ici…. Ouais, d’accord, mais avant, tes parents, tes grands-parents? combien de générations à Jérusalem…
Réponse : trois….Mais (ouf!) mon arrière grand-père d’Azerbaidjan, l’autre encore un sépharade. Et là, je me marre, et je lui dis, moi je viens de Tunisie….

Le mec se retourne, alors qu’on est à 100 mètres de chez moi et me dit « tu pouvais pas le dire plus tôt ». Et il me met sur sa radio un morceau de Maalouf diabolique.

Vous avez encore des doutes qu’il y a des anges là-haut qui aiment la musique?

José Boublil

José Boublil

Chef d’entreprise dans les nouvelles technologies, ancien associé du cabinet Deloitte, sioniste convaincu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *