L’UE finance la police de l’A.P… sans normes juridiques locales©

L’UE finance la police palestinienne…en l’absence de normes juridiques locales

Le 4 juillet 2017, le Conseil Européen a prolongé le mandat de EUPOL COPPS (EU co-ordinating office for Palestinian police support) jusqu’en juin 2018, conformément à la mission définie en 2006, c’est à dire dans le cadre de la politique de sécurité et de défense commune de l’UE (CSDP.). L’institution, initiée par le Quatuor pour la feuille de route pour la paix au Moyen Orient, a prévu le financement et la fourniture d’outils techniques pour les services de police (sous la responsabilité de l’Autorité Palestinienne), notamment le maintien de l’ordre en Judée Samarie, conformément aux normes internationales. C’est précisément le problème de ce financement européen dispendieux : il est procédé au financement d’une police palestinienne sans même vérifier si les palestiniens adhèrent aux principes démocratiques et au cadre juridique classiquement admis au sein des pays démocratiques..

Plus précisément, le financement européen est destiné à professionnaliser la police civile palestinienne (PCP) en fournissant une instruction adaptée,  des programmes, un ensemble de moyens, une formation locale et internationale, un ensemble de véhicules, et tout un équipement. Par ailleurs, il a été mis en place une infrastructure passive ou active (caméras de suivi de la circulation, programmes de lutte contre la drogue, construction de postes de police…). Le financement comprend également la fourniture de caméras digitale mais aussi le financement de 250 officiers de police pour la sécurisation des matchs de football…

Ainsi, de nombreux donateurs, l’UE et sa mission aident l’Autorité palestinienne à rétablir le contrôle civil et policier en zone A de Cisjordanie, ce qu’approuve Israël, dans la mesure où les réalisations techniques d’EUPOL COPPS ont rendu plus efficace le contrôle par l’AP de la Cisjordanie, en limitant le terrorisme palestinien.

 

 

Lire la suite surJForum