L’UE et l’ONU finalisent une offensive diplomatique et des sanctions contre Israël

Israël tente de contrer un accord trop favorable à l’Iran sur le volet nucléaire en raison du danger qu’il pose, mais on a appris ces dernières heures que le front hostile contre l’Etat hébreu dépassait de loin cet accord: de hauts responsables occidentaux ont révélé que l’accord avec Téhéran sonnerait le point de départ d’une offensive diplomatique généralisée de l’Union européenne (UE) et des Nations unies contre l’Etat juif.

L’assaut politique à venir est destiné à forcer Israël à revenir de force à des “pourparlers de paix” avec l’Autorité palestinienne (AP) et à faire des concessions territoriales dangereuses dans ce processus – l’UE aurait déjà finalisé une liste de sanctions visant à forcer Israël à céder unilatéralement. Un diplomate occidental de haut rang a dit au journal israélien Ma’ariv dans un entretien publié mardi qu’”une attaque diplomatique contre Israël était attendue prochainement et elle va surprendre même les pessimistes à Jérusalem.”

La première salve ne tardera pas : L’associated Press a révélé dans la nuit de mardi à mercredi que Federica Mogherini, la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité met la dernière main au projet de marquage des produits en provenance de Judée-Samarie. Cette nouvelle directive s’imposera aux 28 pays membres et Mogherini s’apprête à l’annoncer publiquement.

“Au Conseil de sécurité (de l’ONU), dans les capitales occidentales et au siège de l’UE, tous attendent que l’accord avec l’Iran soit signé et approuvé par le Congrès américain”, pour déclencher les hostilités contre Israël a prévenu la source diplomatique. Il semble que la période d’attente arrivera probablement à échéance en Septembre prochain, date à laquelle l’Assemblée générale des Nations Unies ouvrira avec les premiers coups de barrage diplomatiques contre Israël. Les sanctions préparées par Laurent Fabius et ses collègues contre Israël toucheraient les domaines du commerce, de l’agriculture, des sciences et de la culture.

Cette liste de sanction se traduira en termes de rétorsion économique – à moins qu’Israël ne présente une nouvelle série de concessions et ne se lance dans un nouveau cycle de “pourparlers de paix”.

Enfin, dernier acteur de cette stratégie des Nations contre Israël, Barack Obama, qui a déjà menacé à mots couverts qu’il pourrait laisser faire l’ONU sur ce volet sauf si que Binyamin Netanyahou ne cède là encore sur les questions clés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *