L’ONU, la FINUL et les tunnels du Hezbollah…d’origine inconnue

 

Si les soldats dépêchés par l’ONU au sud Liban coopèrent avec Israël, ils restent très prudents avec le Hezbollah. Le rapport de la FINUL sur la découverte des tunnels ne mentionne même pas le nom de la milice chiite pro-iranienne.

Le 17 décembre 2018, le commandant de la FINUL, Stefan Del Col, a rencontré le Président libanais, Michel Aoun, le Premier ministre Saad Hariri et le commandant de l’armée libanaise, Joseph Aoun. Auparavant, la FINUL avait publié une annonce indiquant que l’agence surveillait l’évolution de la découverte de tunnels.

Selon cette annonce, l’unité technique de la FINUL a procédé à plusieurs examens le long de la frontière israélo-libanaise (ligne bleue) afin de vérifier les faits. La FINUL a jusqu’à présent confirmé l’existence des quatre tunnels.

Hezbollah ? Connais pas !

Après de nouvelles enquêtes techniques menées de manière indépendante conformément à son mandat, la FINUL peut, à ce stade, confirmer que deux des tunnels traversent la frontière, constituant ainsi des violations de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies.

La FINUL a demandé aux autorités libanaises de prendre des mesures de suivi urgentes conformément aux responsabilités du gouvernement libanais en vertu de la résolution 1701 (Site Internet de la FINUL, 17 décembre 2018). L’annonce de la FINUL n’indique pas que les tunnels appartiennent au Hezbollah. La milice chiite présente dans tous les esprits n’est à aucun moment citée dans le rapport. Car dans le monde merveilleux des Nations-Unies, mieux vaut ne pas froisser les grands alliés de l’Iran…

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *