Londres a abrité des théoriciens de la radicalité de l’islam

« Londres a abrité des théoriciens du jihad et de la radicalité de l’islam »

Texte par Assiya HAMZA

Source : France24
Alors que le Royaume-Uni a subi trois attentats en trois mois, Theresa May a admis que le gouvernement avait sans doute un peu trop laissé prospérer le radicalisme islamiste au nom de la liberté d’expression.

« Enough is enough » (« trop c’est trop »).

Cette petite phrase, prononcée par Theresa May au lendemain de l’attentat du London Bridge qui a fait sept morts et 48 blessés, est loin d’être un simple aveu d’échec face à un terrorisme qui a endeuillé trois fois la Grande-Bretagne ces trois derniers mois.

Car au-delà de ce constat implacable, la chef du gouvernement britannique a fait un véritable mea culpa. Dans sa quête de construction d’une société multiculturaliste idéale, le Royaume-Uni est devenu le terrain de prédilection du radicalisme islamiste.

« Il n’y a pas de fumée sans feu. La Grande-Bretagne est quand même le pays, la ville de Londres en particulier, où l’islamisme moderne, la radicalité de l’islam s’est développée dans les années 1970-1980 »

analyse pour France 24, Alexandre Vautravers, professeur de relations internationales à l’université de Genève.

« À trop jouer avec le feu, on se rend compte que l’on peut se brûler. Malheureusement aujourd’hui, le gouvernement britannique, qui s’est beaucoup intéressé à ces questions et a abrité des théoriciens du jihad et de la radicalité de l’islam, se rend compte qu’il est très difficile de remettre le couvercle sur la boîte ».

Dans les années 1990 et jusqu’au début des années 2000, le Royaume-Uni s’est dressé comme héraut de la liberté d’expression en accueillant sur son sol de nombreux militants islamistes qui fuyaient les dictatures du monde arabe. Cet afflux a même valu à Londres d’être rebaptisée le « Londonistan ».

Les extrémistes prêchaient en toute liberté leurs discours sans aucune forme de censure. Le 7 juillet 2005, les attentats de Londres qui firent 52 morts, marquent un premier point de rupture avec la politique du respect de la « liberté d’expression ». Abou Hamza et Omar Bakri, deux prêcheurs radicaux qui avaient pignon sur rue, sont alors bannis du territoire britannique pour incitation au jihad.

Mais d’autres, comme Anjem Choudary, ont rapidement pris la suite. Cet homme d’origine pakistanaise, ainsi devenu le prédicateur le plus connu du Royaume-Uni a été condamné à dix ans de prison en 2016 pour avoir soutenu l’organisation État islamique et appelé sur Youtube les musulmans britanniques à partir en Syrie.

Du communautarisme au séparatisme

Si avec environ 3,5 millions de musulmans, le Royaume-Uni compte moins de pratiquants que la France, leur présence se traduit par un communautarisme extrêmement fort.

Si les exemples d’intégration réussie sont nombreux, comme en atteste la brillante élection à la mairie de Londres de Sadiq Khan, devenu ainsi le premier maire musulman d’une capitale européenne, d’autres sont plus inquiétants. Certains musulmans, principalement originaires du Pakistan ou du Bangladesh, vivent en vase clos et pratiquent un islam d’un autre âge. Port de la burqa, application de la Charia au civil, écoles coraniques, finances islamiques…. En trente ans, le séparatisme identitaire s’est épanoui dans des villes comme Manchester ou Birmingham mais aussi des quartiers comme Tower Hamlets à Londres.

En 2010, la BBC a révélé qu’une quarantaine d’écoles appartenant au réseau Saudi Students Clubs and Schools in the UK and Ireland, utilisaient des manuels saoudiens qui versaient parfois dans l’antisémitisme ou l’homophobie. Dans cet épisode du magazine Panorama, les journalistes avaient trouvé des livres expliquant schéma à l’appui comment amputer un voleur ou exécuter un homosexuel. L’Arabie Saoudite avait refusé de reconnaître tout lien avec l’établissement en question alors même que le bâtiment qui l’abritait appartenait à l’ambassade. Quant au ministre de l’Education, il avait botté en touche. « Je ne souhaite pas intervenir dans les décisions du gouvernement saoudien qui organise son propre système d’éducation mais je reste persuadé que du matériel pédagogique antisémite, quel qu’il soit, ne peut être utilisé dans les écoles anglaises », avait confié Michael Gove à la BBC.

Pour la chercheuse Laetitia Strauch-Bonart, de nombreux Britanniques ne voyaient pas jusqu’à présent ce séparatisme d’un mauvais œil. « Pour eux, il s’agit simplement de l’expression de la volonté de certains musulmans attachés à leurs traditions, expliquait l’essayiste dans une interview accordée au Figaro lors de l’élection de Sadiq Khan à la mairie de Londres en 2016. Tant qu’ils respectent la loi, pourquoi leur en vouloir ? Pendant longtemps, la mise en garde vis-à-vis d’une supposée trop faible intégration des musulmans est restée l’apanage des conservateurs britanniques les plus traditionalistes ».

Selon elle, c’est en 2014 que la donne change. Deux séries d’affaires éclaboussent alors la communauté musulmane. « D’abord celle du « Trojan Horse » en 2014 et 2015, où furent découvertes des tentatives concertées de mettre en œuvre, dans plusieurs écoles de Birmingham, une philosophie et des pratiques islamistes ou salafistes.

Pire, on a mis à jour dans les dernières années de nombreux cas d’abus sexuels sur mineurs, perpétrés par des « gangs » dont les membres étaient d’origine musulmane ». Laetitia Strauch-Bonart évoque les cas de Rotherham entre 1997 et 2013, où 1400 jeunes filles ont été violées et cinq hommes d’origine Pakistanaise ont été condamnés. Loin d’être isolée, cette affaire a permis de mettre à jour d’autres cas à Rochdale, Derby, Telford et Oxford, où entre 2006 et 2012, un groupe de sept hommes a exploité sexuellement 300 mineures. À l’époque, les victimes n’avaient pas été prises au sérieux par la police car selon la chercheuse elle craignait d’être taxée de racisme. La ministre de l’Intérieur, une certaine Theresa May, avait alors déploré que « le politiquement correct institutionnalisé et la peur d’être taxé de racisme aient contribué à couvrir ces crimes pendant de si longues années ».

Des affaires mises sous le tapis au nom du politiquement correct

La deuxième affaire concerne le sulfureux Lutfur Rahman, ancien maire de Tower Hamlets, un quartier de l’est de Londres. Ce Britannique d’origine bangladaise a été destitué en 2015 à la suite d’une enquête ayant révélé qu’il avait acheté les voix de ses coreligionnaires et fait appel à la pègre pour intimider les électeurs. Déjà exclu du Parti travailliste en raison de ses liens avec des groupes islamistes, il avait été élu sous l’étiquette d’indépendant, notamment grâce à l’aide financière du Forum islamique de l’Europe (Islamic Forum of Europe, IFE), organisation fondamentaliste souhaitant la création d’un État islamique au Royaume-Uni. Suite à son éviction, un rapport commandité par le gouvernement avait déploré que les autorités locales, la police en particulier, n’aient pas agi plus tôt de crainte d’être accusées d’islamophobie.

Le 20 juillet 2015, le Premier ministre David Cameron avait admis être dépassé par la situation. « Nous devons faire face à une vérité tragique : il y a des gens qui sont nés, qui ont grandi dans ce pays, et qui ne se sentent pas vraiment de liens avec la Grande-Bretagne », avait admis le chef du gouvernement en promettant des mesures contre la « ségrégation » dans les établissements scolaires et le logement. « Il n’est pas possible que des gens passent toute leur vie sans aucun contact avec des personnes d’autres religions. »

La prise de conscience des conservateurs britanniques n’est donc pas nouvelle. Si Theresa May a affirmé que les autorités ne pouvaient pas « prétendre que le choses peuvent continuer ainsi », la lutte contre l’idéologie islamiste a de belles années devant elle. Pour Alexandre Vautravers, la défaite voire la disparition de l’organisation État islamique ne résoudra pas le problème. Bien au contraire. « Si ce n’est pas l’organisation État islamique, ce sera une autre organisation. On est en train de voir des jihadistes au Moyen-Orient quitter les rangs de l’EI pour retourner chez Al-Qaïda. On pourrait imaginer une autre organisation qui vienne prendre le relai. Ce n’est pas essentiel, insiste l’expert en sécurité. Il faut se rendre compte qu’il y a un lien établi, avéré, entre la situation au Moyen-Orient et la diaspora, certaines communautés en Occident, plus particulièrement en Grande-Bretagne. Theresa May a d’ailleurs fait un discours extrêmement lucide et ferme. La Grande Bretagne est le pays européen qui a ouvertement engagé ses forces pour neutraliser les jihadistes britanniques en Syrie ».

Reste que cette politique a d’ores et déjà montré ses limites : elle ne protège pas le Royaume-Uni des terroristes britanniques, qui à defaut de pouvoir aller combattre en Syrie ou en Irak, décident de commettre des attentats sur place.

The post Londres a abrité des théoriciens de la radicalité de l’islam appeared first on JForum.

Lire la suite

source : JForum