Livni fomenterait-elle un renversement du gouvernement ?

 Après le départ d’Amir Peretz et sa propre chute dans les sondages, Tzipi Livni, la ministre de la Justice, met en garde contre une imminente débâcle de la coalition. De la même façon que le ministre du Trésor, Yaïr Lapid, menace de créer un «gouvernement alternatif».

La ministre de la Justice fait allusion à un remaniement en faveur du Centre gauche auquel elle associerait d’autres partis. Elle a averti jeudi qu’elle envisageait de quitter le gouvernement, après que le ministre de la protection de l’environnement, Amir Peretz,  un membre de son parti, ait annoncé qu’il quittait la coalition. Lors d’une conférence du Mouvement de la gauche radicale, à laquelle elle était conviée, elle a essayé de convaincre les Israéliens de soutenir « la paix », son cheval de bataille.

peretz

 » Livni peut joindre son agitation politique à celle de Lapid pour renverser Netanyahou. « 

Elle a également parlé des « difficultés » d’être dans le gouvernement : « La vie dans ce gouvernement n’est pas facile. Je me demande tous les jours si je dois être là et je suppose qu’un jour viendra où je dirais : cela suffit ! » Les avertissements de Livni de quitter le gouvernement coïncide avec la parution des rapports révélant que le ministre du Trésor, Yair Lapid (Yesh Atid), ait menacé le Premier ministre Binyamin Netanyahou qu’il envisageait de se détacher de la coalition pour former un autre gouvernement. Yesh Atid est à présent la plus importante formation à la Knesset après la démission de l’ancien ministre de l’Intérieur Gideon Saar (Likoud).

La synchronisation des deux événements conduit à la spéculation que Livni peut joindre son agitation politique à celle de Lapid pour renverser Netanyahou avant le déclenchement des élections. Les sondages montrent que les deux rebelles sont profondément affaiblis. Et c’est peut-être aussi ce qui explique la déclaration (prématurée ou défensive) du président du Parti travailliste, Itzhak Herzog, concernant sa prochaine élection.

lqpid

Selon le dernier sondage, Yesh Atid passerait de 19 à 10 sièges, tandis que Hatnua tomberait de 6 à 4, à peine de quoi faire un tiers de Knesset en comptant les derniers mécontents. L’image d’une élection alimente peut-être la volonté de Livni de prendre des mesures exceptionnelles au cours de l’actuelle coalition, et celle de Lapid de se chercher de nouveaux partenaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *