L’incroyable témoignage d’une femme qui a assisté au massacre

Actuellement, Tsahal cerne et isole le village arabe des tueurs de Tel Aviv, ceux  qui ont commis le lâche attentat de Tel Aviv au marché de Sarona, qui a fait 4 morts et 6 blessés parmi la population juive.

Les deux terroristes avaient 21 ans et étaient cousins. Ils résidaient dans le village arabe de Yatta, au sud de Hévron. Cette nuit, suite à l’attaque meurtrière de Tel Aviv, les forces israéliennes de sécurité ont attaqué le village arabe de Judée, d’où ils étaient issus. A l’aube, Tsahal avait encerclé et bouclé le village. Plus personne ne pouvait ni entrer ni sortir.

Les soldats ont d’abord encerclé la maison de Muhammad Musa Mehamara pour la détruire, l’un des deux terroristes responsables de l’attaque, bloquant aussi les parents pour interrogatoire. Le deuxième terroriste a été identifié comme étant Khalid Mehamara.

Les forces de Tsahal ont fouillé le domicile de Muhammad Musa Mehamara, mais on ne sait pas si une recherche similaire a été menée chez Khalid Mehamara. Les agents de sécurité ont rapporté que les deux hommes avaient pénétré Israël sans permis et résidaient illégalement dans le pays, apparemment en vue de l’attaque. Il y a quelques mois, l’un des deux tueurs était entré clandestinement de Jordanie en Israël.

Le Hamas et le FPLP ont salué l’attaque, ce dernier publiant une déclaration : « L’attaque de Tel-Aviv est une source de fierté pour notre peuple, et un message de défi pour le ministre de la Défense Avigdor Liberman. »

a la une 1

Kol Israël a recueilli le témoignage bouleversant d’une femme qui a assisté au massacre : « J’étais avec mon mari au marché pour faire les courses de Shabbat. Je poussais tranquillement la poussette de mon bébé quand je les ai vus, à quelques mètres de moi. Je me suis mise à courir avec la poussette, sans me retourner. Je n’ai jamais couru aussi vite. Tout à coup, j’ai entendu les coups de feu, je m’attendais à recevoir une balle dans le dos. Je me voyais morte, abandonnant mon bébé. »

« Mais ils ont commencé à tirer sur d’autres gens. Je me suis réfugiée dans un immeuble et j’ai attendu. Je pleurais de rage. Mon cœur battait tellement fort que j’avais peur qu’ils me repèrent. Je ne comprends pas que nos ennemis peuvent entrer si facilement en Israël et massacrer des gens ? Il n’y a pas moyen de contenir cette haine qu’ils ont ? Que font nos dirigeants ? Pensent-ils qu’ils vont faire un accord de paix avec eux ? Même un enfant comprendrait que c’est impossible… » Puis elle a été coupée par le journaliste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *