L’incroyable sauvetage des derniers Juifs d’Alep en Syrie

C’était il y a 4 ans. Les forces spéciales israéliennes menaient une opération audacieuse pour sauver la dernière famille juive dans la ville syrienne d’Alep, sous contrôle des djihadistes de l’Etat islamique. Retour sur un sauvetage méconnu.

Sauvetage à Alep, hiver 2015. La préparation de la mission a commencé de longs mois en amont de l’opération. Tout d’abord, un homme d’affaires israélo-américain nommé Moti Kahana a envoyé un message à la famille, dont le nom n’a pas été divulgué, pour leur annoncer qu’il voulait les faire sortir d’une Syrie déchirée par la guerre. La famille avait apparemment trop peur d’entreprendre une fuite par ses propres moyens.

Kahana, qui a de nombreuses connexions avec les forces rebelles syriennes, a eu vent que l’Etat islamique se rapprochait dangereusement de la famille juive et a décidé de les faire évacuer.

Une fois le moment venu, trois soldats de Tsahal ont frappé à la porte de la famille. La matriarche de 88 ans a alors répondu timidement. Elle craignait que les soldats d’Assad soient venus les chercher. Au lieu de cela, les soldats ont ordonné aux sept personnes présentes de prendre leurs affaires en vitesse afin de rejoindre un minibus.

Le véhicule a été arrêté à un poste de contrôle d’ISIS, mais la famille a réussi à convaincre les djihadistes qu’ils étaient des réfugiés qui tentaient d’échapper à Assad.

Il leur a fallu 36 heures pour traverser les centaines de kilomètres de la frontière turque. Une fois hors de Syrie, ils ont été conduits dans une maison louée à Istanbul, où Kahana les attendait.

Un membre de la famille ne peut faire son alyah

Toutefois, leurs problèmes ne sont pas encore terminés…

Une femme, qui est désignée sous le nom de Gilda, s’était mariée à un homme musulman et s’était aussi convertie à l’islam. Alors que le reste de la famille a rapidement reçu des cartes d’identités israéliennes et a été rapatriée à Ashkelon, l’Agence Juive a informé Gilda que les gens qui se convertissent volontairement à une religion autre que le judaïsme perdaient leur droit au retour.

Selon Kahana, Gilda et son mari ont choisi de retourner en Syrie plutôt que de rester dans un camp de réfugiés syriens à l’intérieur de la Turquie.

«Je suis tellement frustré avec l’Agence juive, » a-t-il déclaré. Un représentant de l’Agence juive a confirmé que Gilda et son mari ne pouvaient pas faire leur aliyah en raison de cette conversion à l’islam, et que le ministère de l’Intérieur de l’époque avait tranché en leur défaveur…

Katja Epelbaum

Katja Epelbaum

Diplômée de la Sorbonne en Science politique et en Histoire, j'ai toujours su que je m’épanouirais professionnellement dans l’écriture. Depuis l'Alya, Katja collabore avec le journal Hamodia et Le Mag, et poursuit différents projets d’écriture.

7 pensées sur “L’incroyable sauvetage des derniers Juifs d’Alep en Syrie

  • Avatar
    7 novembre 2015 à 21 h 50 min
    Permalink

    La décision de l’AJ reste conforme à la Halakha , celui qui renie de son plein gré son Judaïsme perd ses « droits » .

    Répondre
  • Avatar
    8 novembre 2015 à 0 h 20 min
    Permalink

    … et alors, la suite, c’est quoi ? Statut de touriste en Israël ? De résident temporaire ? Ou alors retour de la mère et du père en Syrie ? Il y a tout de même le principe du regroupement familial en Israël… La mère, même si elle se convertissait 100 000 fois à 100 000 religions différente resterait quand même Juive. Ça, c’est ce que dit la Halakha !

    Répondre
    • Avatar
      11 novembre 2015 à 20 h 54 min
      Permalink

      personne ne parle du plus important donner asile au mari musulman parce qu’il ne la laissera jamais quiter le pays sans lui

      Répondre
  • Avatar
    8 novembre 2015 à 9 h 56 min
    Permalink

    @‘Ami Artsi: Tu t’embrouilles, il n’y a pas de principe de regroupement familiale en israël, uniquement la loi du retour. Si c’était le cas la quasi totalité des palestiniens pourrait prétendre à la nationalité israélienne…

    Répondre
  • Avatar
    8 novembre 2015 à 10 h 40 min
    Permalink

    La solution la plus intelligente serait qu’ils contactent des asociations française de soutient aux syriens, ou qu’ils demandent le statut de réfugiés, avec un peu de chance, ils peuvent l’obtenir….en france

    Répondre
  • Avatar
    8 novembre 2015 à 11 h 48 min
    Permalink

    La halah’a quelle plaisanterie ! la mère de cette femme était juive !

    Moshé Rabénou, n’a pas fait le tri lorsqu’il à fait sortir le peuple d’Egypte !

    Répondre
    • Avatar
      27 décembre 2019 à 17 h 32 min
      Permalink

      Il n’y a que 20% des Hébreux qui ont suivi Moïse lors de la sortie d’Egypte !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *