Libanais ! Le Houmous est typiquement israélien. Prenez-en de la Graine !

 

Il est des aliments et des boissons dont la notoriété est telle qu’il suffit de les nommer pour que tout un chacun se mette à rêver. Qu’à sa seule évocation, une image, un lieu, une langue apparaissent et fasse saliver. C’est le cas du Houmous.

Ainsi qu’il s’apparente à un met de choix ou un plat de tous les jours, entendre le mot Champagne ou jambon-beurre, la vision d’une coupe ou d’un sandwich s’impose en France,. Une bière ou un plat de moules frites et c’est la place de Brouckère à Bruxelles. Comme falafels et plus encore la petite assiette de Houmous sont indissociables de Tel-Aviv ou Jérusalem !

Depuis toujours le Houmous a fait partie de l’histoire des hébreux. Et Dieu sait que ce parcours a connu bien des péripéties ! Encore aujourd’hui le Houmous reste revendiqué par telle ou telle entité du Moyen Orient. C’est à celui qui osera affirmer avec le plus de velléité ce plat régional comme faisant partie de son patrimoine et uniquement du sien…

Mais remontons au temps des Croisés

Saladin aurait décidé en 1187 de préparer un plat pour célébrer la « re-prise » de Jérusalem. C’est ainsi que serait née à cette époque, cette purée de pois chiches cuits, servie froide, assaisonnée d’huile d’olive, de jus de citron et de pâte de graines de sésame, si l’on en croit la légende.

La source d’une tradition qui perdure encore aujourd’hui ! C’est ainsi qu’en 2010, le Liban n’a pas hésité une seconde pour tenter d’acquérir le signe distinctif du plus grand fabricant de Houmous de la région. Pour ce faire le village d’al-Fanar proche de Beyrouth a confectionné le plus grand et le plus lourd des plats ayant jamais existés !

Ce plat, composé de 8 tonnes de « pois chiches » bouillis, de 2 tonnes de « Tehina », de 2 tonnes de jus de citron et de 70 kilos d’huile d’olive, a été mis en chantier pour mettre à mal le précédent record, celui du village arabo-israélien d’Abu Gosh. « Ces concours sont un peu ridicules. Mais la stratégie de marque est sérieuse », explique Elias Muhanna, professeur adjoint de littérature à Brown University. »

Empêcher Israël de commercialiser le Houmous

Et d’ajouter que le Liban ne fabrique pas d’armes, n’a aucun système informatique à vendre. Contrairement à Israël…Mais déjà en 2008, « l’Association des industriels libanais », (ALI) avait menacé de lancer une action juridique internationale pour empêcher Israël de commercialiser ce qu’il estimait être libanais.

Il faut savoir que le Houmous israélien vendu sous la marque « Sabra » représente jusqu’à 60% de la part du marché des États-Unis pour ce type de produit. Pour ne parler que de ce débouché.

Ce qui légitimerait ce genre de craintes… Et permettrait de justifier que l’on veuille (et puisse) le boycotter à loisirs … Avec l’appui d’une bonne partie de l’Europe ! Mais qui a dit que la peur n’évite pas le danger, pas plus que l’intox ne fait la réalité…

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

2 pensées sur “Libanais ! Le Houmous est typiquement israélien. Prenez-en de la Graine !

  • 6 août 2017 à 4:59
    Permalink

    houmous , tchotchouka , falafel , tous les jours j’en veux bien
    miam !
    abrutis d’arabes même la bouffe ils veulent le voler !

    Répondre
  • 9 novembre 2017 à 9:47
    Permalink

    D’après cet article, les vrais inventeurs du Houmous sont donc les ancêtres des palestiniens ! Merci pour avoir enfin révéler la vérité :*

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *