Liban : un professeur américain conspué pour ses liens avec Israël

 

Des étudiants de l’Université américaine de Beyrouth (AUB) ont protesté cette semaine contre la présence d’un professeur universitaire américain qui travaille comme consultant dans le département de philosophie à l’université hébraïque de Jérusalem.

« Nous ne pardonnerons jamais, nous ne nous rendrons jamais, nous n’accepterons jamais la normalisation », était inscrit sur l’un des panneaux que ces étudiants ont arborés en présence de Jeffe McMahan, invité au Liban pour intervenir dans une conférence intitulée « Révision de l’éthique de la guerre ».

A un moment donné de la rencontre houleuse, les étudiants libanais qui brandissaient le drapeau palestinien ont été sommés de quitter la salle. Ce à quoi ils ont répliqué : « Nous sommes les étudiants de l’Université américaine … celui qui doit sortir est Mc Mahan ».

Le professeur en question est un pro-palestinien avéré

Pourtant le professeur en question est un pro-palestinien avéré. Un courriel a ainsi été adressé au professeur en question, lui demandant de ne pas participer à la rencontre. Il leur a alors répondu que « le boycott des professeurs académiques israéliens est une sorte de punition collective qui relève de l’injustice ».

Il a ajouté dans sa réponse : « je suis à vos côtés en ce qui concerne votre croyance que le comportement du gouvernement israélien vis-à-vis des Palestiniens a toujours été inique. Mais je suis en désaccord avec vous sur les tactiques que vous utilisez pour établir la justice aux Palestiniens ».

Les justifications de Jeffe McMahan n’ont cependant pas calmé les ardeurs des étudiants. Dans leur communiqué, ils ont condamné l’invitation d’un professeur qui travaille actuellement pour une institution israélienne, car « il contribue d’une façon directe à accorder une légitimité à l’entité israélienne ».
Et de  poursuivre :  » la légitimité d’Israël ne relève pas d’un point de vue. C’est une entité de colonisation, qui n’a pas le droit à l’existence ».

Belle ambiance à l’Université américaine de Beyrouth…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *