L’homme qui a humilié Qassem Suleimani

C’est ce que dit Gadi Eisenkot à propos de la campagne militaire non déclarée et inachevée de l’État juif contre l’Iran et ses supplétifs en Syrie et au Liban. Pour son dernier entretien en tant que chef d’état-major des forces de défense israéliennes, avant son départ à la retraite la semaine prochaine, le général a décidé de revendiquer cette responsabilité et de prendre au moins une partie de ce crédit à son compte.

La contribution intellectuelle principale d’Eisenkot dans cette campagne est le concept de «campagne entre deux guerres» – l’idée que des efforts cinétiques continus pour dégrader les capacités de l’ennemi prolongent le délai entre les guerres et augmentent les chances de les gagner quand elles surviennent. Il estime également qu’Israël doit concentrer ses efforts sur son ennemi le plus meurtrier, l’Iran, par opposition à des ennemis secondaires tels que le Hamas à Gaza. Lire la suite sur jforum.fr