L’ex-collaboratrice de Goebbels meurt le jour de la commémoration de la Shoah. Par Bely

Jusque- là on avait plutôt été à même de penser que vraiment ce n’avait pas été les remords qui l’avaient étouffée pour être encore en vie à pareil âge ! C’était le moins que l’on puisse constater avant de se dire que le parcours de l’un ou l’autre tient finalement à peu de chose ! Tel le destin de Brunhilde Pomsel née à Berlin en 1911, morte ce jour de commémoration de la Shoah, le 27 janvier 2017 à Munich, qui commença à travailler au début des années 30, simultanément comme sténographe pour un avocat juif et dactylo pour un membre de l’extrême droite….Que se serait-il passé si elle avait continué sa carrière chez le Juif ?? On ne le saura jamais…

En attendant, les choses étant ce qu’elles sont, en 1933, après avoir adhéré au parti nazi, elle fut embauchée dans la radio de propagande nouvellement créée après la victoire d’Adolf Hitler aux élections. Elle attendra neuf ans et l’année 1942, pour travailler directement sous les ordres de Joseph Goebbels et ce, jusqu’à la fin de la guerre en 1945.

Personnage important d’un film documentaire biographique tourné en 2016 parce que l’une des dernières personnes encore vivantes à avoir approché d’aussi près le chef de la propagande nazie Joseph Goebbels, « elle était pleine d’énergie et d’espoirs pour l’avenir », a déclaré ce lundi à l’AFP Christian Kroenes, le réalisateur du film A German Life (Une vie allemande, 2016).

Dans ce film, l’ex-collaboratrice de Goebbels, revenait sur son quotidien au temps du nazisme. Et malgré un certain recul de quelques 80 années ( ! ), elle tentait encore d’évaluer son degré d’implication – ou de complicité personnelle….Nonobstant une certaine ironie macabre mal venue ici, la réalité oblige à constater que dans ce fameux film, Brunhilde Pomsel  en était encore à plaider pour une certaine irresponsabilité politique en arguant de son manque d’empathie, de son opportunisme d’alors et enfin de son manque de courage…

Et de s’interroger avec l’innocente honnêteté de l’agneau qui vient de naitre : « Serait-ce mal, serait-ce égoïste que de vouloir essayer de profiter d’une position même si l’on sait que cela peut nuire à d’autres » ? Et de poursuivre son auto questionnement : « À titre personnel, je ne veux pas me voir comme une coupable… Non… On peut finir par penser que c’est le peuple allemand qui a permis l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Voilà, c’était nous tous. Moi, y compris, certes ….. Mais nous tous. »

Arrêtée par les Russes après la chute de Berlin, elle restera emprisonnée jusqu’en 1950 avant que de poursuivre une longue vie bien tranquille sans aucun remords…

Quelques regrets peut-être ? Tout est possible !

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

4 pensées sur “L’ex-collaboratrice de Goebbels meurt le jour de la commémoration de la Shoah. Par Bely

  • Avatar
    1 février 2017 à 15 h 04 min
    Permalink

    Qu’elle brûle en enfer pour l’éternité!

    Répondre
  • Avatar
    1 février 2017 à 18 h 49 min
    Permalink

    Ét Elle a eu une longue vie? Injuste la vie…

    Répondre
  • Avatar
    1 février 2017 à 19 h 15 min
    Permalink

    Enfin il existe une Justice Divine… Implacable celle-là.

    Répondre
  • Avatar
    3 février 2017 à 2 h 56 min
    Permalink

    Diablesse Elargie bien Ton etroite place,d autres Vous attendent,ILS sont sur la Route. .. NOMbreUX+euses????

    Le Peuple Juif est le Peuple de La THORA et La VERITE.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *