Lettre ouverte à Houria Bouteldja par Noémie Halioua

Chère madame Bouteldja,
Dans votre dernière missive publiée puis dépubliée par Mediapart, mais toujours accessible ici, vous défendez les responsables du lynchage de la première dauphine de Miss France, qui a osé dire ses racines israéliennes à la télévision. « Elle ne peut se présenter publiquement sans mesurer ce que l’identité israélienne représente pour des millions de Palestiniens », prétendez-vous.Lire la suite sur jforum.fr