Les vieux généraux de Tsahal ont-il conservé l’esprit d’amour d’Israel ?

Je sais que l’accroche sur les généraux est provocatrice, mais je ne suis absolument pas opposé à la tenue de manifestations pro palestiniennes. De surcroît, le fait que ce soit un maire assez peu patriote (de Tel-Aviv), déniant tout caractère juif à Israël, devrait me pousser à être contre.

Pourtant c’est oui. Simplement parce que toute manifestation en faveur de droits particuliers est autorisée dans un pays laïc et démocratique. Les anciens généraux peuvent danser, chanter, et même demander un Etat Palestinien…Puisqu’ils en rêvent.

Mais on va s’arrêter là. Comment peut-on autoriser ces foules à demander de mettre notre pays à feu et à sang ? Et personne de ces politiciens inconscients n’estime qu’il faille les faire taire, leur refuser pour longtemps tout droit à la parole. Si des gens veulent se suicider, malgré des fonctions de haut niveau qu’ils quittent  leurs responsabilités.

Si on m’explique que certains ont fait la guerre – argument ultime de patriotisme d’il y a 40 ans mais qui ne vaut plus- je réponds que je veux vivre même si un ancien soldat de 67 ou de 73 veut tous nous suicider par inconscience.

Je passe d’ailleurs à un second sujet lié à ces dérapages « telaviviens » récents. Et je vais faire un énorme scandale si ceux qui me publient ont assez de lecteurs en période estivale: je note que les vieux intellos ayant des responsabilités ont sabré violemment les principes de respect réciproque entre les partis pourtant respectables. Ils ont assigné la droite, parce que désormais indélogeable, à un statut de Nazi sous toutes les sauces.

Mais au-delà de ces petits bonhommes influents, voilà l’élite de Tsahal d’il y a 20 ans. Et on a l’impression que les vieux généraux ou colonels, ont sapé l’esprit d’amour d’Israël. Considéré comme des gens brillants côte gâchette, ils ont découvert les effets de la réflexion philosophique tardivement.

Des états d’âme

Ils ont des états d’âme qui nous auraient sans doute fait disparaître de la planète s’ils en avaient eu en 1967, 73, 82, ou tout le reste du temps. Heureusement qu’ils ne sont désormais que les marionnettes de la politique d’aujourd’hui. Tout le monde le sait, les vrais héros aujourd’hui se nomment Moreno, Klein, et autres sacrifiés par amour, pas par calcul.

Ces militaires qui sont l’alibi de certains sont aussi crédibles que Giscard d’Estaing pour l’économie de la France d’aujourd’hui; ou de demander aux anciens combattants de 14-18 de donner un avis sur notre stratégie en Syrie. On ne peut que les remercier de leurs actes de l’époque, mais en aucun cas les prendre au sérieux pour nous expliquer la fin du mythe vainqueur d’Israël.

Même eux n’ont pas le droit de détruire  2000 ans d’histoire. Tant de dizaines de millions de morts, de gens meurtris, souffrances de nos aînés. Puisqu’ils n’ont plus les honneurs d’antan, et c’est juste, qu’ils pensent plutôt à des idées à mettre en place, afin d’améliorer le sentiment pacifique de part et d’autre au sein des deux peuples. Comme le fait Sauveteurs Sans Frontières par exemple pour faire travailler des médecins juifs et arabes ensemble en cas de crise, d’attentat.

C’est ce que font des associations de malades du cancer, où juifs et arabes jouent ensemble. La politique politicienne ne va pas à nos grands soldats, comme elle ne va pas depuis longtemps à nos rabbins. Aux grands et vieux combattants d’être créatifs et humains plutôt que de mépriser leur gloire d’alors.

José Boublil

José Boublil

Chef d’entreprise dans les nouvelles technologies, ancien associé du cabinet Deloitte, sioniste convaincu.

3 pensées sur “Les vieux généraux de Tsahal ont-il conservé l’esprit d’amour d’Israel ?

  • 19 août 2018 à 8:34
    Permalink

    tout a fait d`accord avec cet article qui juste et vrais

    Répondre
  • 19 août 2018 à 8:51
    Permalink

    Cette generation d officiers est issue des kibboutzim et moshavim ( goche ) ce qui explique leur frenesie a faire de l argent aujourd hui .
    Ils ont fait leur temps , ils ne sont pas tous des heros loin de la .

    Répondre
  • 19 août 2018 à 2:37
    Permalink

    Philippe Pétain, ne fut-il pas le grand vainqueur de 1914 / 1918 ?

    En août 1918, la médaille militaire lui est attribuée : « Soldat dans l’âme, n’a cessé de donner des preuves éclatantes du plus pur esprit du devoir et de haute abnégation. Vient de s’acquérir des titres impérissables à la reconnaissance nationale en brisant la ruée allemande et en la refoulant victorieusement ».

    Après l’armistice signée le 11 novembre, Pétain est élevé à la dignité de maréchal de France par décret du 21 novembre 1918 (publié au Journal officiel le 22)36. Il reçoit à Metz son bâton de maréchal, le 8 décembre 1918.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *