Les universitaires britanniques derrière le mouvement BDS sont des « chercheurs de seconde zone »

L’universitaire britannique pionnier de la fécondation in vitro, Lord Robert Winston, a déclaré que les universitaires qui soutenaient le boycott anti-Israël étaient « principalement des chercheurs de second rang, issus d’universités mineures qui n’ont jamais rien fait d’autre. »

Répondant au journal Haaretz lundi avant de recevoir un doctorat honorifique de l’Institut Weizmann des Sciences, Lord Winston a souhaité minimiser l’importance du mouvement BDS, ainsi que de l’antisémitisme en Grande-Bretagne dans son ensemble.

« Les gens qui ont soutenu ce boycott ne représente pas exactement la crème de la pensée intellectuelle britannique. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.