Les remèdes de grands-mères israéliennes pour se débarrasser des moustiques

Ceux qui souffrent des piqûres de moustiques vous le diront ! Ils sont prêts à dépenser une fortune pour que cela cesse. Pourtant, malgré la diversité des produits répulsifs en magasins, personne n’a encore trouvé la formule miracle.

Il existe en fait, assez peu de molécules actives pour éloigner les moustiques. Parmi les répulsifs à appliquer sur la peau, la molécule la plus souvent utilisée est le DEET (N, N-diéthyl-3-méthylbenzamide), car c’est la plus efficace. Elle est recommandée notamment dans les zones affectées par la dengue, le chikungunya ou le paludisme.

Problème : le DEET pourrait être toxique à des concentrations importantes, d’après une étude de 2009 publiée dans la revue spécialisée BioMed Central Biology. Il faut aussi savoir que c’est aussi un solvant qui dissout les matières plastique (il faut donc faire attention aux montures de lunettes, lentilles de contact, bracelets de montre, tongs, tissus synthétiques, etc. qui peuvent être en contact avec la peau où le produit a été vaporisé).

Les méthodes naturelles

Quid alors des remèdes « naturels » (huiles essentielles, bougies ou bracelets à la citronnelle, sprays au géranium, lampes à ultraviolets, applications smartphone émettant des ultrasons) ? Mauvaise nouvelle : « Leurs allégations antimoustiques ne sont guère fondées et il est inutile de s’en équiper », assène les associations de consommateurs.

Certains produits sont même nocifs : les ultrasons peuvent nuire au sommeil et les huiles essentielles comme l’extrait d’eucalyptus citronné (Eucalyptus citriodora) génèrent des composés organiques volatils qui polluent l’air intérieur et sont irritants pour les yeux.

Alors on fait quoi contre les moustiques?

Faut-il donc se résigner à être dévoré par les moustiques et couvert de piqûres ? « Il n’existe pas de méthode miracle », reconnaît Yoram Hassid, de l’Institut israélien de démoustication.

Le meilleur conseil de prévention est 100 % naturel et ne coûte rien : il s’agit d’éliminer tous les lieux potentiels de ponte des moustiques, à savoir les eaux stagnantes. Videz par exemple les soucoupes d’eau des plantes et ôtez du balcon tous les récipients pouvant se remplir d’eau de pluie (seau, vase…). Entretenez votre jardin pour éviter la formation de flaques d’eau et sensibilisez vos voisins : les moustiques se déplacent jusqu’à une centaine de mètres autour du site larvaire.

Deuxième recommandation : enfilez des vêtements couvrants lors de vos soirées en terrasse, comme une petite chemise légère, un foulard ou des chaussettes (les moustiques adorent piquer au cou et aux chevilles !).

Autre accessoire indispensable : la moustiquaire. On en trouve de très faciles à découper, applicables sur n’importe quelle fenêtre avec des scratchs. On peut aussi la suspendre au-dessus du lit pour passer la nuit tranquille.

Et quand c’est trop tard ?

Si vous avez malgré tout été piqué, de bons vieux remèdes de grand-mère peuvent soulager la démangeaison. On peut simplement poser un glaçon sur la piqûre ou appliquer une compresse de vinaigre blanc ou de bicarbonate de soude.

Autres astuces également efficaces : appliquer une noix de dentifrice à la menthe, frotter la piqûre avec une peau de banane (côté chair) ou à défaut une rondelle de concombre ou de pomme de terre.3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *