Les reconnaissances européennes d’un Etat palestinien renforcent le terrorisme

L’Europe toute entière a décidé de forcer Israël à concéder aux Palestiniens tout ce qu’ils demandent : une reconnaissance de leurs droits, assortis d’une liste de revendications qui obligeraient l’Etat juif, soit à s’enfermer dans un territoire inapproprié à sa réalité et à son passé, soit à mener une guerre sans merci à ses opposants.

union europeenne

Mais l’Europe n’est pas la seule à dévier l’histoire et le droit international. L’ONU a publié un rapport dont l’objectif est de discréditer Israël : « Le rapport de l’ONU repose sur le fait qu’Israël occupe des territoires palestiniens, alors qu’il n’occupe aucun territoire d’un pays reconnu par l’ONU, » rapporte un juriste israélien. Le Koweït, le Qatar, le Soudan, le Sénégal, la Jordanie, le Liban et les Palestiniens, parlent de violation des droits de l’homme, d’occupation illégale, de mauvais traitements infligés aux arabes et particulièrement aux enfants, de peuplement et de judaïsation de la « Palestine » et de Jérusalem.

onu

« Ils rendent Israël responsable du terrorisme de leurs congénères. »

Se sentant appuyés par les Etats-Unis, qui critiquent systématiquement toute tentative de construction dans la capitale, ou de l’Europe qui s’est mise au service du monde arabo-musulman en acceptant toutes ses demandes, tous ses Etats ont élaboré un plan qui est de justifier le combat qu’ils mènent contre Daesh, une organisation terroriste hégémonique soutenue par les populations arabes. Et comment justifier cette lutte des pays arabes si ce n’est en rendant responsable Israël de déstabiliser le Moyen-Orient : « La création d’un Etat palestinien est la condition du retour au calme. Israël menace la paix mondiale en retardant cette échéance, » affirme l’ex Premier ministre français de Nicolas Sarkozy, François Fillon. Et il n’est pas le seul en Occident à l’affirmer, même Kerry l’a déclaré.

ligue arabe

La gauche israélienne aussi ne joue pas le jeu de la solidarité nationale : « Si Israël adopte la loi fondamentale sur l’Etat-nation à caractère juif, il fera des Arabes des citoyens de seconde zone, » déclare Zahava Gal-On. N’est-ce pas une façon de refuser à l’Etat d’Israël son caractère particulier et son désir de l’affirmer ?

« Nous avons l’urgence de relancer la processus de paix, » clament d’une même voix Livni, Shimon Pérès, Herzog, Lapid, Amir Perez, et tant d’autres qui demandent aux députés de droite de ne pas jeter de l’huile sur le feu en montant sur le Mont du Temple, mais qui ne se rendent pas compte que leurs déclarations encouragent l’animosité des Arabes. Si les uns doivent se modérer, les autres aussi ont la même responsabilité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *