Les rebelles syriens s’unissent contre « l’occupation russe »

Pouvait-t-on imaginer un retour de bâton de l’intervention militaire russe plus violent ? Cette intervention a en effet provoqué la réunion des groupes rebelles disparates qui font maintenant face à une menace commune: la Russie.

Donnant le spectacle d’une unité sans précédent, plus de 40 factions rebelles syriens ont publié une déclaration conjointe condamnant l’intervention de la Russie dans la guerre civile en Syrie, et promettant de lutter contre les Russes «occupants».

La Russie affirme qu’elle a lancé sa campagne aérienne la semaine dernière pour cibler le groupe terroriste djihadistes ISIS, ainsi qu’Al Nusra, affilié à d’Al-Qaïda. Alors que les jets russes frappaient les positions d’ISIS dans leur fief du nord d’Al-Bab – dont l’Observatoire syrien pour les droits de l’homme basé à Londres déclare que ces bombardements ont généré « un grand nombre » de victimes – la grande majorité des frappes ont été en vérité dirigées contre d’autres groupes rebelles qui cherchent à renverser le dictateur assiégé Bachar al-Assad, dont plusieurs appartiennent aux bataillons formés et dirigés par les USA et sont impliqués, dit-on, dans la lutte contre ISIS.

L’utilisation éhontée de la force militaire russe comprend également un grand nombre de forces terrestres déployées à l’ouest du fief du régime syrien pour repousser l’avancée des rebelles. Elle est perçue comme un autre signe des hésitations de l’administration américaine en Syrie qui a ouvert la voie à d’autres acteurs tels que l’Iran et la Russie qui soutiennent le régime d’Assad, tout en faisant progresser leurs propres intérêts dans la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *